Diplomatie

Libye : la mission de l’ONU se réinstalle à Tripoli

| Par Jeune Afrique avec AFP
L'émissaire de l'ONU à Tripoli Martin Kobler (à gauche) et le Premier ministre libyen Fayez Serraj () droite), au Caire, en Egypte le 17 février 2016.

L'émissaire de l'ONU à Tripoli Martin Kobler (à gauche) et le Premier ministre libyen Fayez Serraj () droite), au Caire, en Egypte le 17 février 2016. © Maggie Michael/AP/SIPA

L’émissaire des Nations unies pour la Libye a annoncé dimanche le retour de la mission de l’ONU dans le pays qu’elle avait quitté à l’été 2014 en raison des violences. Ce retour intervient avant un vote crucial du Parlement libyen sur le gouvernement d’union nationale.

« Aujourd’hui, ce n’est pas une visite. Je travaille depuis Tripoli maintenant. L’ONU est de retour à Tripoli, je travaillerai ici tous les jours au bénéfice des Libyens », a déclaré Martin Kobler sur Twitter depuis la capitale libyenne, le 17 avril. L’émissaire des Nations unies pour la Libye a indiqué à l’AFP lors d’une conférence de presse que désormais le personnel de l’ONU sera à Tripoli cinq jours par semaine.

https://twitter.com/KoblerSRSG/status/721991921149853696

Vote crucial du Parlement européen

Martin Kobler est arrivé ce lundi 18 avril à Tobrouk dans l’est du pays pour encourager toutes les parties à entériner le gouvernement d’union nationale. Le Parlement libyen, soutenu par l’ONU et la communauté internationale doit décider à l’occasion un vote crucial d’accorder ou non sa confiance au nouvel exécutif autoproclamé de Fayez al-Sarraj, entré en fonction le 12 mars dernier. Installé depuis le 5 avril à Tripoli, le gouvernement d’union nationale tente d’asseoir son autorité dans ce pays divisé et miné par les violences.

« Quelle que soit l’issue du vote du Parlement, l’exécutif d’union commencera lundi à prendre le contrôle de ses premiers ministères, ceux des Affaires sociales, de la Jeunesse et des Sports ainsi que de l’Habitat et des Travaux publics », a toutefois indiqué le vice-Premier ministre désigné Ahmed Meitig. Ce dernier a assuré que « le Parlement votera en faveur du gouvernement pour sauver les Libyens et mettre fin à la division au sein des administrations libyennes ».

Plusieurs pays européens envisagent de rouvrir leurs ambassades en Libye. En l’espace d’une semaine, les ministres des Affaires étrangères italien, français et allemand se sont rendus à Tripoli pour rencontrer Fayez al-Sarraj. Début avril, la Tunisie avait annoncé la réouverture de son ambassade et de son consulat dans la capitale libyenne.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte