Mines

Gisement de Falémé : Dakar risque gros

| Par Jeune Afrique

Kumba Resources, une entreprise à capitaux sud-africains et anglais, attaque le Sénégal devant la Cour arbitrale de la chambre de commerce de Londres. En jeu : 1 milliard d’euros.

Le chef de l’État sénégalais, Abdoulaye Wade, a demandé à son ministre des Mines, de l’Industrie et des PME, Ousmane Ngom, de traiter l’affaire dans la plus grande discrétion. Il doit tout mettre en œuvre pour éviter au Sénégal d’être condamné à payer 1 milliard d’euros (656 milliards de F CFA, soit la moitié de son budget). En cause : la requête – jusqu’ici tenue secrète – introduite fin juin par Kumba Resources (KR), une entreprise à capitaux sud-africains et anglais, devant la Cour arbitrale de la chambre de commerce de Londres. KR reproche à Dakar d’avoir résilié abusivement le précontrat qui les liait, pour finalement accorder la concession de l’exploitation des Mines de fer du Sénégal oriental (Miferso), dans la région de Tambacounda (gisement de Falémé), à ArcelorMittal. Des investissements considérables, d’autres projets abandonnés et le manque à gagner, tels sont les éléments pris en compte par l’entreprise pour évaluer son préjudice. Cette dernière demande que la décision de justice soit exécutée par tous moyens, y compris la saisie de comptes ou de biens (tel l’avion présidentiel) appartenant au Sénégal. Rude bataille judiciaire en vue.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer