Entreprises & marchés

Gabon : l’AFC investit 140 millions de dollars dans la société de promotion de l’investissement GSEZ

Le Gabon est devenu en août 2015 le dixième membre de l'AFC. Ici des immeubles en cours de construction dans le centre-ville de Libreville. © Tiphaine Saint-Criq pour Jeune Afrique

L'institution financière panafricaine rejoint le singapourien Olam, le géant de l'agro-industrie actif au Gabon dans le palmier à huile, l'hévéa et l'engrais, et l'État du Gabon qui étaient co-actionnaire de Gabon Special Economic Zone (GSEZ) SA depuis 2010.

AFC (Africa Finance Corporation), l’institution financière panafricaine, entre au capital de Gabon Special Economic Zone (GSEZ) SA par un investissement de 140 millions de dollars, annonce Olam, le géant singapourien de l’agro-industrie actif au Gabon dans le palmier à huile, l’hévéa et l’engrais qui est co-actionnaires du GSEZ. La composition du capital de GSEZ après l’entrée d’AFC fera l’objet d’une communication ultérieure.

La co-entreprise, mise sur pied en 2010, vise au développement d’infrastructures.  Sa première réalisation a porté sur la Zone Économique Spéciale (ZES) de Nkok à une trentaine de kilomètre de Libreville.

« En plus du projet d’extension de la ZES de Nkok – la première phase ayant permis de développer 550 hectares sur les 1 126 ha de concession —, nous construisons un port minéralier de 45 hectares, ainsi qu’un port de commerce général de 18 hectares. Nous sommes par ailleurs engagés dans la construction de 65 km de conduites d’eau à Port-Gentil avec une capacité journalière de 120 millions de litres d’eau (pour usages domestique et industriel), et l’élaboration d’un réseau de distribution de 1 870 km de lignes électriques hautes tensions et 451 km de lignes électriques basses tensions, pour relier les zones rurales au réseau national et fournir de l’électricité dans plus de 300 villages à travers le pays », indique les services d’Olam au Gabon, joints par Jeune Afrique. 

L’entrée d’AFC doit aider à accélérer la réalisation de ces projets.

2,6 milliards de dollars d’investissement dans 24 pays africains pour l’AFC

Fondé en 2007, AFC est une institution financière multilatérale qui a pour objectif d’appuyer le secteur privé en Afrique pour accompagner et financer les infrastructures dans l’énergie, l’industrie, le transports et les télécommunications notamment.

Le Gabon est devenu le 10e membre de l’AFC en août 2015  après le Nigeria (pays hôte), le Cap-Vert, le Tchad, le Ghana, la Guinée-Bissau, la Guinée, le Liberia, la Sierra-Leone et la Gambie.

Basée à Lagos et détenue à très grande majorité (environ 80 %) par des institutions et entreprises nigérianes, notamment la Banque centrale du Nigeria (42,5 %), AFC a été longtemps tournée vers les pays anglophones. Début 2014, l’institution financière s’est toutefois engagée à investir 1 milliard de dollars en trois ans dans des pays d’Afrique francophone.

Fin 2015, AFC indiquait avoir réalisé 2,6 milliards de dollars d’investissement dans 24 pays africains.  Longtemps focalisée sur les pays d’Afrique anglophone, l’institution financière a multiplié au cours des dernières années ses opérations en Afrique de l’Ouest francophone et notamment en Côte d’Ivoire, où elle a participé au financement du pont Henri Konan Bedié et du projet d’expansion du Port autonome d’Abidjan (PAA).

En mai 2015, AFC a émis avec succès un premier eurobond de 750 millions de dollars.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte