Automobile

Maroc : Renault annonce un projet de 900 millions d’euros d’investissements

Fabrication de Dacia Lodgy dans l'atelier de tôlerie de l'Usine Renault de Tanger, au Maroc.

Fabrication de Dacia Lodgy dans l'atelier de tôlerie de l'Usine Renault de Tanger, au Maroc. © Yannick Brossard/Renault

Le constructeur français Renault a signé le 08 avril des partenariats avec le Maroc prévoyant environ 10 milliards de dirhams (909 millions d’euros) d’investissements en vue de bâtir une « écosystème industriel » dans le royaume. Plusieurs pans de ce projet restent encore imprécis.

Renault a signé plusieurs conventions avec le gouvernement marocain, vendredi dernier, portant sur le renforcement de la production du groupe automobile français dans le royaume chérifien.

Dans le cadre de ces conventions, Renault et ses fournisseurs vont investir près de 10 milliards de dirhams au Maroc afin d’y construire « un écosystème industriel », a indiqué Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’Industrie du royaume chérifien.

Ni la répartition des investissements entre le groupe français et ses équipementiers, ni le calendrier de développement de cet « écosystème » n’ont pas été indiqués.

Selon Bernard Cambier, le directeur Afrique-Moyen-Orient-Inde de Renault cité par Reuters, au moins 15 équipementiers se sont engagés à investir aux côtés du constructeur automobile français dans le cadre de ce projet.

Le groupe automobile français compte deux installations industrielles au Maroc : un site d’assemblage basé à Casablanca et une usine de construction plus moderne à Tanger, qui a nécessité un investissement initial de 600 millions d’euros et dont la capacité de production est attendue à 400 000 véhicules par an.

Objectif : 100 milliards de dirhams d’exportations automobiles marocaines d’ici à 2020

Le plan de développement amorcé par les conventions signées le 08 avril devrait accroître le taux d’intégration locale dans la production automobile de Renault au Maroc à 65 %, a indiqué le ministre Elalamy. Il est estimé à environ un tiers aujourd’hui.

« Ce projet générera un chiffre d’affaires additionnel de 20 milliards de dirhams par an, triplant ainsi le montant des achats par le constructeur Renault de pièces fabriquées sur le territoire marocain », a ajouté Moulay Hafid Elalamy, selon les propos rapportés par l’agence officielle marocaine MAP.

Le plan de renforcement industriel annoncé par Renault au Maroc intervient un peu moins d’un an après la signature, en juin 2015, d’un projet d’investissement de 6 milliards de dirhams (557 millions d’euros) entre son rival PSA Peugeot Citroën et les autorités marocaines. Ce projet porte sur la construction d’une usine d’assemblage de voitures et de moteurs à Kenitra. Prévue pour être opérationnelle à partir de 2019, elle sera dotée d’une capacité de production de 200 000 véhicules et de 200 000 moteurs par an.

Les autorités marocaines espèrent voir les exportations de l’industrie automobile atteindre 100 milliards de dirhams d’ici à 2020. En 2015, elles ont atteint 48,6 milliards de dirhams, contre 40,26 milliards en 2014 et 31,66 milliards en 2015.

Dacia et Renault leaders au Maroc

En 2015, Renault a écoulé 50 369 véhicules au Maroc, « où Dacia et Renault sont respectivement première et deuxième marque [et où] la part de marché du Groupe atteint 38,2 % (+1,2 point) », selon les résultats annuels du constructeur français.

L’an dernier, le groupe Renault a vendu 360 000 véhicules dans la région « Afrique, Moyen-Orient et Inde » (+16,9 %), pour un total de 2,8 millions d’unités à travers le monde (+ 3,3 %).

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte