Sport

RD Congo – Football : Dieumerci Mbokani annonce qu’il quitte les Léopards

L'attaquant congolais de Norwich City, Dieumerci Mbokani, lors d'un match contre Manchester, le 12 mars 2015. © Chris Radburn/AP/SIPA

Rescapé des attentats de Bruxelles, l'attaquant congolais de Norwich City a annoncé mardi qu'il avait décidé de quitter son équipe nationale en réaction aux menaces de sanctions qui pèsent contre lui depuis son absence aux derniers matchs.

« J’ai pris la décision d’arrêter avec la sélection nationale. Je ne veux plus jouer pour le Congo. Je trouve injuste le traitement qui m’est réservé. C’est pourquoi, après avoir discuté avec ma famille, mes proches, je décide d’arrêter », a déclaré Dieumerci Mbokani sur la radio congolaise Top Congo FM, mardi 5 avril.

La star des Léopards , qui ont remporté cette année leur 2e Championnat d’Afrique des nations (Chan) face au Mali, a lourdement condamné les propos du président de la fédération congolaise (RD Congo) de Football (Fecofa), Constant Omari.

Absent aux matchs face à l’Angola en vue de la CAN 2017

Samedi 2 avril, ce dernier a déclaré qu’il allait examiner le cas de Dieumerci Mbokani « pour d’éventuelles sanctions ». Le joueur est dans le collimateur du président de la Fecofa, en raison de son absence lors de la double confrontation les 25 et 29 mars derniers face à l’Angola, dans le cadre des éliminatoires de la CAN 2017 alors qu’il avait été convoqué par le sélectionneur de la RD Congo, Florent Ibenge.

En fait, quatre jours à peine avant le match aller, l’attaquant congolais était présent à l’aéroport de Zaventem au moment des attentats qui ont frappé la capitale belge le 22 mars, faisant 32 morts et 340 blessés. Choqué, Dieumerci Mbokani qui n’avait pas souhaité s’exprimer sur le coup, avait simplement indiqué sur sa page Facebook qu’il était sain et sauf.

« C’est vrai, il y a eu des problèmes à l’aéroport, mais Cédric Bakambu (attaquant congolais du Villareal) était dans l’avion et devait atterrir à Bruxelles. Il a été dérouté à Charleroi. Et de Charleroi, il a tout fait pour venir ici (à Kinshasa) », rétorque Constant Omari, cité par Radio Okapi. « On a appelé Dieumerci Mbokani et on lui a dit qu’on a pris toutes les dispositions pour qu’on le prenne. Il nous a tourné en rond », a poursuivi le président de la Fecofa.

Personne ne m’a appelé

Une version des faits que conteste la star des Léopards. « Aussitôt après, j’ai appelé le président Théo Binamungu (le coordonateur des équipes nationales de football de la RD Congo) pour lui dire que je ne savais plus venir suite aux attentats », raconte Dieumerci Mbokani sur Top Congo FM.

« Il a promis de me rappeler. Depuis ce jour là, personne ne m’a appelé. Ni le sélectionneur, ni le président Omari, personne. Même pas un message de soutien et d’encouragement par rapport à ce qui m’était arrivé », a rétorqué l’attaquant congolais.

« Ensuite je suis resté à Bruxelles avec ma famille que j’ai failli perdre dans ces attentats. J’ai demandé à mon club de m’accorder quelques jours de repos, le temps pour moi de me remettre de ce traumatisme. Personne de la Fédération congolaise de Football (Fecofa) ne peut dire qu’il a essayé de me faire voyager pour Kinshasa », a-t-il conclu.

 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte