Économie

Ecobank : nouveau siège, nouvelles ambitions

Après avoir inauguré son nouveau siège à Lomé, le groupe bancaire panafricain a présenté des comptes 2010 placés sous le signe de la rentabilité.

Mis à jour le 30 juin 2011 à 12:21
Déjà rendus publics en avril dernier, les résultats d’Ecobank font état d’un produit net bancaire en hausse de 3% sur un an, à près de 900 millions de dollars. Le résultat net a quant à lui plus que doublé (+104%) pour atteindre 132 millions de dollars en 2010. De fait, le conseil d’administration du groupe a proposé de redistribuer à titre de dividende 39,7 millions de dollars aux actionnaires. Ce qui correspond à 0,4 cents de dollars par action ordinaire contre 0,3 cents de dollar en 2009. Si certains actionnaires ont exprimé leur souhait de percevoir un dividende plus élevée, les administrateurs les ont rassurés sur la croissance de la rentabilité de l’établissement bancaire dans le moyen et le long terme.

Construire une banque d’envergure mondiale

« Je demeure confiant, le groupe maintiendra un rythme de croissance régulière », a indiqué Arnold Ekpé le directeur général d’Ecobank. « Notre stratégie reste inchangée. Nous nous engageons à construire une banque d’envergure mondiale et à créer de la valeur pour nos actionnaires en jouant sur la taille, la croissance, l’efficacité et la diversification », a-t-il ajouté dans son message aux actionnaires. 

Un complexe gigantesque de 30 millions de dollars

Symbole de cette ambition, le Centre panafricain Ecobank, un imposant complexe de bureaux flambant neuf érigé à quelque 500 mètres de la façade Atlantique du Togo. Inauguré mardi par Faure Gnassingbé le président du Togo, il a couté 30 millions de dollars et s’étend sur plus de 42 000 m2. Il comprend quatre bâtiments : un immeuble de sept étages (5 000 m² de bureaux), un centre de formation, un centre de technologie – complément du hub d’Accra au Ghana où sont traitées les données bancaires et informatiques des agences du groupe – et un troisième dédié aux conférences, équipé par le groupe espagnol Figueras, qui compte la salle de presse de la Maison blanche parmi ses références.

Construit par le groupe chinois d’ingénieries, Ceedi, le Centre panafricain Ecobank a été conçu par l’architecte ivoirien Ibrahima Koné, également chargé de faire la présentation aux invités. Parmi ces derniers étaient présents le Premier ministre togolais, Gilbert Houngbo, l’ancien président nigérian, Oluségun Obasanjo et le président de la commission de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA)) Soumaïla Cissé.