Politique

France : François Hollande renonce à inscrire la déchéance de nationalité dans la Constitution

Le président français, François Hollande, devant le Congrès réuni à Versailles le 16 novembre.

Le président français, François Hollande, devant le Congrès réuni à Versailles le 16 novembre. © Eric Feferberg/AP/SIPA

Le président français a déclaré mercredi qu’il renonçait à la réforme constitutionnelle, qui comprenait l’extension de la déchéance de nationalité aux binationaux nés Français, annoncée dans la foulée des attentats du 13 novembre à Paris.

« J’ai décidé, après m’être entretenu avec les présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat, de clore le débat constitutionnel », a déclaré François Hollande à l’issue du Conseil des ministres, le 30 mars.

Le président de la République a reconnu, après quatre mois de débats parlementaires, qu’un « compromis [était] hors d’atteinte sur la définition de la déchéance de nationalité pour les terroristes », a-t-il enchaîné.

L’annonce de son extension aux binationaux nés Français avait profondément divisé sa majorité, et entraîné au mois de janvier la démission de la ministre de la Justice, Christiane Taubira. Face à la polémique, le président de la République avait annoncé qu’il s’en remettrait au Parlement.

Mais, après quatre mois de débats parlementaires, les deux chambres n’ont pas réussi à se mettre d’accord. À l’Assemblée, les députés avaient choisi d’étendre la mesure à tous les Français condamnés pour terrorisme afin de ne pas créer de discriminations. Et une fois n’est pas coutume, c’est le Sénat où l’opposition est majoritaire, qui a préféré opter pour la proposition initiale du chef de l’État, choisissant de limiter la déchéance de nationalité aux seuls binationaux pour éviter de créer des apatrides.

Pour être adoptée, une majorité des trois cinquième du Congrès – Assemblée nationale et Sénat réunis – aurait été nécessaire.

 

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte