Politique

Antiterrorisme : quatre pays ouest-africains renforcent leur coopération

Les ministres de la sécurité de Côte d’Ivoire, du Burkina Faso, du Mali et du Sénégal ont décidé jeudi de renforcer la coopération entre leurs services face à la menace jihadiste qui pèse en Afrique de l’Ouest.

Par
Mis à jour le 24 mars 2016 à 18:11

Forces de sécurité sur la scène de l’attaque jihadiste à Grand-Bassam, en Côte d’Ivoire, le 13 mars 2016. © Christin Roby/AP/SIPA

Au termes d’une réunion de 48 heures à Abidjan, les ministres de ces quatre pays ont décidé de « mutualiser leurs efforts » en instituant des rencontres régulières afin de « mettre à jour [leurs] informations », dans la cadre d’une « unité d’action » et d’une « collaboration systématique », indique un communiqué officiel adressé le 24 mars.

Les quatre ministres – Hamed Bakayoko (Côte d’Ivoire), Simon Compaoré (Burkina), Salif Traoré (Mali) et Abdoulaye Daouda Diallo (Sénégal) – ont demandé d’ »accélérer la création de la carte d’identité biométrique » afin de permettre « la traçabilité des mouvements de part et d’autres des frontières ».

Cette réunion ministérielle intervient dix jours après l’attaque terroriste à la station balnéaire ivoirienne de Grand-bassam, qui a coûté la vie à 19 personnes et fait plus d’une trentaines de blessés. Hormis le Sénégal, tous ces pays – le Mali, le Burkina et le dernier en date, la Côte d’Ivoire – ont la cible d’attentats.