Politique

Antiterrorisme : quatre pays ouest-africains renforcent leur coopération

| Par Jeune Afrique avec AFP
Mis à jour le 24 mars 2016 à 18h11
Forces de sécurité sur la scène de l’attaque jihadiste à Grand-Bassam, en Côte d’Ivoire, le 13 mars 2016.

Forces de sécurité sur la scène de l'attaque jihadiste à Grand-Bassam, en Côte d'Ivoire, le 13 mars 2016. © Christin Roby/AP/SIPA

Les ministres de la sécurité de Côte d’Ivoire, du Burkina Faso, du Mali et du Sénégal ont décidé jeudi de renforcer la coopération entre leurs services face à la menace jihadiste qui pèse en Afrique de l’Ouest.

Au termes d’une réunion de 48 heures à Abidjan, les ministres de ces quatre pays ont décidé de « mutualiser leurs efforts » en instituant des rencontres régulières afin de « mettre à jour [leurs] informations », dans la cadre d’une « unité d’action » et d’une « collaboration systématique », indique un communiqué officiel adressé le 24 mars.

Les quatre ministres – Hamed Bakayoko (Côte d’Ivoire), Simon Compaoré (Burkina), Salif Traoré (Mali) et Abdoulaye Daouda Diallo (Sénégal) – ont demandé d’ »accélérer la création de la carte d’identité biométrique » afin de permettre « la traçabilité des mouvements de part et d’autres des frontières ».

Cette réunion ministérielle intervient dix jours après l’attaque terroriste à la station balnéaire ivoirienne de Grand-bassam, qui a coûté la vie à 19 personnes et fait plus d’une trentaines de blessés. Hormis le Sénégal, tous ces pays – le Mali, le Burkina et le dernier en date, la Côte d’Ivoire – ont la cible d’attentats.

 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA309_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte