Télécoms

Télécoms : Bharti dévoile son plan africain

En achetant pour 8,5 milliards d'euros les filiales de Zain, le groupe indien, Bharti Airtel, fait du continent l'une de ses priorités. Son patron Manoj Kohli a livré les axes de sa stratégie au cours d'une tournée dans quinze pays africains.

Les dirigeants : Akhlil Gupta, Sunil Bharti Mittal et Manoj Kohlil, le 8 juin à New Delhi. Les dirigeants : Akhlil Gupta, Sunil Bharti Mittal et Manoj Kohlil, le 8 juin à New Delhi. © Mustafa Quraishi/SIPA

Lagos, le 6 juillet. L’état-major de Bharti Airtel vient d’achever sa tournée africaine entamée trois semaines plus tôt. Quinze étapes à travers le continent (Gabon, Niger, Burkina Faso…), sur les terres de Zain, pour montrer patte blanche aux autorités locales, rassurer les équipes en place et dévoiler les contours de sa stratégie. Un cérémonial sans doute fastidieux pour son PDG Manoj Kohli, mais qui prouve l’importance que prend le marché africain pour le groupe indien.

Pour remporter son pari, l’opérateur a prévu d’appliquer la recette à l’origine de son succès en Inde. Haro donc sur les coûts. Déjà, annonce un expert du secteur, les juristes de l’entreprise passent au crible tous les contrats signés par Zain pour les renégocier… à la baisse. Bharti entend utiliser le volume de ses achats pour faire baisser le prix des matériels. Antennes, systèmes d’informations, frais de communications : tout doit y passer. Les contrats d’externalisation pour l’entretien du réseau vont se multiplier, et les possibilités de mutualisation avec d’autres opérateurs seront étudiées partout où cela sera possible.

Vague de licenciements

Sur les rangs pour ces prestations, on trouve bien sûr Sony Ericsson, Nokia ou Siemens, et des acteurs spécialistes de l’Afrique comme Gateway Communications et Helios Tower, qui promet à ses clients 20 % d’économie sur les coûts d’infrastructures. Côté ressources humaines (le groupe emploie 6 500 salariés en Afrique), tous les observateurs s’attendent à une vague de licenciements, même si des sources internes au groupe assurent que cette option n’est pas à l’étude.

Autant de coupes franches qui doivent permettre à l’opérateur de proposer des tarifs très compétitifs sans compromettre ses objectifs comptables. En 2012, Bharti vise les 100 millions d’abonnés en Afrique, contre 42 millions aujourd’hui, pour un revenu de 4 milliards d’euros, contre 2,8 milliards actuellement. Le tout avec un résultat avant taxes et amortissements également en progression, passant de 1 milliard à 1,6 milliard d’euros. Une partie loin d’être gagnée, si l’on se réfère aux mauvais résultats de Zain au Nigeria, voire au Ghana ou en RD Congo en 2009.

Effort financier

Les ambitions de Bharti passent paradoxalement par des investissements importants dans ses nouvelles filiales. Plus de 1,3 milliard d’euros dans les trois prochaines années (dont 475 millions au seul Nigeria), en compilant les annonces effectuées au cours de la tournée africaine. Cet effort financier permettra à l’opérateur d’étendre ses réseaux GSM dans des zones aujourd’hui non couvertes. À très court terme, il souhaite aussi améliorer la qualité de ses communications dans des pays comme le Gabon, avant de généraliser le déploiement de la technologie 3G en 2011.

Octobre devrait donner les premières indications sur la capacité du groupe indien à réussir son pari africain. C’est à cette période que Zain cédera la place à la marque Airtel dans toutes les filiales du continent. Un changement de nom qui pourrait déstabiliser la clientèle et s’avérer périlleux au niveau commercial, quand on sait par exemple que la filiale nigériane connaîtra là son quatrième « rebranding » en six ans.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte