Sécurité

Maroc : les autorités de Casablanca ferment le stade de la ville jusqu’en octobre prochain

Des supporters du Raja lors d'un match opposant leur club  au  FC Monterrey en 2013.

Des supporters du Raja lors d'un match opposant leur club au FC Monterrey en 2013. © Matthias Schrader/AP/SIPA

La Wilaya de Casablanca a décidé de fermer le stade de la ville le temps de renforcer ses équipements de sécurité et a mis fin à tout dialogue avec les « ultras », responsables des événements sanglants du 19 mars.

Tolérance zéro envers les fanatiques du foot. Suite aux événements meurtriers qu’a connu le stade Mohammed V de Casablanca, le 19 mars, et qui ont fait 2 morts et 54 blessés, les autorités de la ville ont décidé de fermer momentanément le stade et de cesser tout dialogue avec les ultras, des groupements de supporters non-officiels mais tolérés par les autorités.

« Le stade sera fermé à partir du 28 mars pour réaménagement et pour renforcer les mesures de sécurité (tourniquets, lecteurs automatiques de tickets, caméras de surveillance…). Il ne rouvrira qu’en octobre prochain avec la prochaine saison footballistique », a déclaré à Jeune Afrique un responsable de la la wilaya de Casablanca.

D’ici là, les matchs programmés seront délocalisés dans les villes avoisinantes, en fonction de la programmation de la Fédération royale marocaine de football (FRMF).

Hooliganisme inquiétant

Des affrontements sanglants avaient éclaté le 19 mars entre les ultras du club du Raja à l’issue d’un match opposant les verts à l’équipe du Chabab Rif Al Hoceima. Fumigènes, jets de projectiles… C’était un samedi noir pour le foot casablancais qui connaît souvent des débordements de violence dans et aux abords des stades, malgré l’intention des autorités d’endiguer le hooliganisme.

Exit les « ultras »

Au regard de leur responsabilité dans ces événements, les ultras ne seront plus tolérés par les autorités. Même s’ils n’avaient aucune existence légale, la wilaya avait l’habitude de communiquer avec eux pour encadrer les supporters et organiser les déplacements hors Casablanca, (les plus connus étant les Green boys et les Green eagles pour le Raja et les Winners pour le Wydad). Mais depuis ces affrontements, toute relation avec eux a été coupée.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte