Sécurité

Mali : ce que l’on sait de l’attaque repoussée contre la mission de l’Union européenne

Des policiers maliens patrouillent près de l'hôtel Nord-Sud, le 21 mars 2016. © Habibou Kouyaté/AFP

Une attaque qui a visé lundi soir un hôtel de Bamako abritant la la mission de l'Union européenne au Mali (EUTM Mali), a été repoussée, faisant un mort parmi les assaillants. Quatre questions pour comprendre ce qui s'est passé.

Que s’est-il passé ?

Le 21 mars, vers 18 heures 33, au moins deux hommes, kalachnikov en main, avancent et ouvrent le feu sur l’entrée du quartier général de la mission européenne au Mali (EUTM Mali), situé dans l’hôtel Nord Sud  dans le quartier ACI 2000 à Bamako.

Les soldats de garde réagissent et tirent sur les assaillants. L’un d’eux tombe devant le portail du QG de l’EUTM, alors que l’autre rebrousse chemin et pénètre dans un immeuble inachevé en face de l’hôtel. 

« Les militaires de l’EUTM et les gardes qui assurent la protection du bâtiment ont immédiatement riposté. Un des assaillants a été abattu », a confirmé dans la foulée Salif Traoré, ministre malien de la Sécurité intérieure, à la télévision nationale. Un membre des forces de sécurité maliennes a été légèrement blessé, selon les autorités.

Selon un communiqué de l’EUTM, aucun membre de son personnel n’a été touché lors de cette attaque.

Qui est intervenu pour repousser les assaillants ?

Après la riposte des militaires de l’EUTM et des gardes, la brigade anti-criminalité malienne et les Casques bleus de la Minusma sont également intervenus sur le lieu de l’attaque et se sont déployés autour de l’hôtel Nord Sud.

Tout au long de la soirée, des soldats de l’EUTM ont pris positions, avec des véhicules blindés, entre les immeubles autour de leur quartier général. Plusieurs bâtiments des environs, dont celui qui abrite le siège d’Air France, étaient alors suspectés d’abriter des assaillants en fuite.

De leur côté, des policiers maliens ont initié des patrouilles aux côtés des Casques bleus de la Minusma. « Nous sommes en train de prendre des dispositions pour vérifier le sac qu’il transportait qui pourrait contenir des explosifs et la protection civile est également en train de faire son travail », a déclaré dans la soirée M. Traoré cité par l‘AFP.

 Quid des assaillants ?

« Deux suspects ont été interpellés. Ils sont en train d’être interrogés. Les opérations continuent sur le terrain », a indiqué le ministre, sans autre indication, ajoutant que « les assaillants seraient entre deux ou trois », alors que la source de l’EUTM avait parlé de quatre, dont trois en fuite, toujours selon l’AFP.

Mais l’identité et les motivations des assaillants restaient inconnues. Pour l’instant, aucune revendication de l’attaque. Il y a quelques mois, l’attentat contre le Radisson avait été revendiqué par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), en coordination avec le groupe jihadiste de l’Algérien Mokhtar Belmokhtar, Al-Mourabitoune, qui avait scellé à cette occasion son ralliement à Aqmi.

Quelle est la situation à Bamako ?

« La situation est sous contrôle. Les forces de l’ordre sont en première ligne », a assuré dans un SMS un conseiller du président Ibrahim Boubacar Keïta, en voyage officiel en Namibie.

L’EUTM, visé par l’attaque, compte quelque 600 personnels et réunit des militaires européens de 25 pays, actuellement sous commandement allemand. Elle a été lancée en février 2013, dans la foulée de l’opération militaire à l’initiative de la France pour chasser les jihadistes qui contrôlaient le nord du Mali.

Elle a pour objectif de remettre sur pied une armée malienne sous-entraînée et sous-équipée en apportant une expertise dans la préparation opérationnelle, le soutien logistique, le renseignement et la formation des unités combattantes sur le camp de Koulikoro (60 km au nord-est de Bamako).

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte