Actualités

Marché du travail africain : bonnes perspectives pour 2011

Par Jeune Afrique  | 

Les grandes entreprises recherchent des cadres opérationnels dans les matières premières ou encore le BTP. Mais le secteur tertiaire reste le premier employeur et celui qui attire le plus les jeunes.

Avec une croissance de l’emploi, en 2010, de 2,5 % en Afrique du Nord et de 2,8 % en Afrique subsaharienne, contre respectivement 2,1 % et 2,6 % en 2009, les signes d’une embellie sont bien là. Les perspectives de croissance économique pour cette année (5,5 % en Afrique) devraient logiquement rendre pérenne cette reprise du recrutement, qui n’a pourtant pas encore retrouvé son niveau d’avant la crise de 2008 – plus de 3 %. Mines, énergie, banques, télécoms, agroalimentaire… Autant de secteurs qui se développent en Afrique. Et qui recrutent.

Leur santé tient à plusieurs facteurs. Pour les mines et l’énergie, la prospérité est adossée à l’envolée du cours des matières premières et à la demande croissante de l’industrie. Le secteur pétrolier en est le premier bénéficiaire. Au Ghana, en Angola, en RD Congo, au Nigeria ou encore en Algérie, ingénieurs et techniciens sont toujours recherchés ; en outre, de plus en plus de postes de haut niveau seront disponibles, les multinationales revendiquant clairement l’africanisation en cours de leurs équipes de direction.

Les plans de développement des infrastructures programmés par nombre de gouvernements, soutenus bien souvent par les bailleurs de fonds, stimulent quant à eux le BTP. Les sociétés de conseil en recrutement, sollicitées en particulier pour les postes de cadres, insistent sur le dynamisme de ce secteur qui a besoin de chefs d’agence, de directeurs techniques, de directeurs des travaux…

Une jeunesse en manque de jobs

Alors que les économies développées ont connu, comme leur PIB, une récession de l’emploi (- 0,9 % en 2010), le continent s’en sort bien, avec un taux moyen de plus de 2,6 %, en croissance de 0,3 point par rapport à 2009. Néanmoins, il lui faudra plus pour faire reculer un taux de chômage endémique, source d’instabilité politique dans de nombreux pays. Les jeunes sont les premiers touchés. En Afrique subsaharienne, plus de 55 % d’entre eux sont sans emploi, 37 % en Afrique du Nord. Surtout, ces taux restent inchangés depuis dix ans, malgré une croissance bien souvent supérieure à 5 % ou 6 %. La jeune génération est pourtant la première richesse d’un pays, et le prouve bien souvent à travers la création d’entreprises.

Dynamisme

Autre vecteur de développement pour les entreprises, et donc pour l’emploi : l’émergence d’un véritable marché de consommateurs africains, bien au-delà des pôles traditionnels du Maghreb et de l’Afrique du Sud. Premières gagnantes, les banques et les assurances, qui entendent booster la vente de crédits et de produits et satisfaire ainsi des besoins plus sophistiqués que par le passé. Les champions africains comme Ecobank ou BGFI Bank sont en première ligne. Des multinationales s’inscrivent dans le même mouvement : la Société générale prévoit ainsi d’ouvrir plusieurs centaines d’agences d’ici à 2014 au sud du Sahara. Les assurances ont quant à elles toujours autant de mal à recruter des gestionnaires de sinistres, des rédacteurs de contrats ou des juristes.

Loin de s’essouffler, les télécoms demeurent en pleine expansion : « Ces entreprises sont recherchées par les jeunes diplômés, car elles ont une image de modernité et de dynamisme très attractive », explique Jannick Yamachui, consultant senior chez AfricSearch, cabinet de recrutement spécialisé sur l’Afrique subsaharienne. « On y trouve des emplois, mais aussi et surtout des carrières, des avantages qui comptent – comme la couverture médicale pour le salarié et pour sa famille – et des perspectives de mobilité à l’échelle régionale, qu’il s’agisse de l’Afrique de l’Ouest, de l’Afrique centrale ou de l’océan Indien. » Ainsi Maroc Télécom prévoit-il de « recruter des jeunes diplômés, essentiellement dans les domaines des réseaux télécoms, des systèmes d’information, du marketing, de la relation clients ou de la finance », selon la direction du groupe.

De même, l’implantation de shopping malls (Dakar, Casablanca…) est un vrai vivier d’emplois : vendeurs et commerciaux en herbe ou confirmés y bénéficient en outre d’un réel plan de carrière au sein de structures importantes. Au cours des années à venir, le secteur tertiaire continuera de fournir plus de 40 % des emplois en Afrique. Commerciaux et spécialistes du marketing et de la qualité ont de beaux jours devant eux. 

Recevez les meilleures opportunités

Les opportunités du moment

Togo

| Banque-Finance-Assurance
logo JA3080P084 AFRICSEARCH  

AFRICSEARCH RECRUTE POUR LA BANQUE DE DÉVELOPPEMENT DES ÉTATS DE L’AFRIQUE CENTRALE (BDEAC), DANS LE CADRE DU RENFORCEMENT DE SON ÉQUIPE :

EXPERT EN PLANIFICATION ET EN STRATÉGIE DE DÉVELOPPEMENT H/F

MISSIONS

L’Expert en Planification et en Stratégie de Développement est chargé de la planification et du développement de la banque pour assurer l’efficacité des processus de décision au travers de l’analyse et la disponibilité de l’information.

ACTIVITÉS SPÉCIFIQUES • Au titre de la Planification Stratégique • Définir, planifier, réaliser et contribuer à la mise en oeuvre et au suivi des études économiques de la Banque ; • Suivre les orientations et les programmes de développement économique des pays de la CEMAC ; • Définir des objectifs précis et opérationnels de développement de la Banque en impliquant l’ensemble des acteurs concernés ; • Piloter le programme de développement de la Banque : animation, coordination, validation, respect des échéances, etc. ; • Construire un projet consensuel en précisant les actions prévues, l’échéancier de réalisation ainsi que le plan de financement et de développement ; • Au titre des Etudes • Piloter le programme des études économiques et stratégiques à mener, en identifiant les domaines prioritaires et s’assurer qu’ils sont conformes aux priorités opérationnelles de la Banque ; • Élaborer et rédiger pour chaque pays membre de la CEMAC, des fiches économiques sous forme de fiches de synthèse économiques ; • Contribuer à la réalisation d’études d’impact économique et social des projets financés et à la formulation des stratégies d’intervention et politiques opérationnelles de la Banque ; • Instaurer un cadre de large partage avec le personnel de la Banque à travers la présentation, fiches et notes d’information à l’intention des agents sur les dossiers d’actualité à caractère économique ou d’intérêt pour la Banque. • Au titre de la Statistique : • Collecter les données statistiques relatives à la zone d’intervention de la Banque et à l’environnement économique international ; • Alimenter et de mettre à jour les bases de données micro et macroéconomiques nécessaires aux opérations de la Banque ; • Établir sur la base des projections macroéconomiques des Etats membres de la Banque centrale et des autres institutions multilatérales, des analyses macroéconomiques et de la viabilité de la dette pour chaque Etat membre ; • Contribuer à la production des publications permanentes de la Banque, notamment le Rapport annuel et le Rapport du Président à la Conférence des Chefs d’Etats de la CEMAC ; • Au titre du Suivi des Indicateurs d’Impact Socio-Economiques des Projets et des Programmes : • Définir pour chaque projet et programme financé par la Banque, les indicateurs d’impacts socio-économiques permettant de démontrer, sur la base des données chiffrées, l’impact effectif de l’intervention de la Banque sur l’économie nationale et l’amélioration du cadre de vie des populations ; QUALIFICATIONS & COMPÉTENCES • Avoir un diplôme universitaire niveau Bac + 5 dans les domaines des sciences économiques ou de l’Ingénierie Statistique économique ; • Avoir au moins sept (07) ans d’expérience à un poste d’Expert ou équivalent dans le domaine des études économiques ; • Disposer de connaissances en matière de modélisation économique ; • Connaissance du mode de fonctionnement des institutions financières internationales ; • Bonne maîtrise de l’une des quatre langues : Français, Anglais Arabe ou Espagnol. DOSSIER DE CANDIDATURE • Un CV et une demande manuscrite faisant ressortir la motivation du candidat pour le poste ; • Deux photos d’identité, format 4 x 4 ; • Un extrait de casier judiciaire datant de moins de trois mois et un certificat de nationalité ; • Des copies certifiées conformes des diplômes d’enseignement supérieur ; • Un certificat de travail attestant des emplois antérieurs et un extrait d’acte de naissance.  

Pour postuler : Les candidats peuvent postuler en ligne à l’adresse infotg@africsearch.com ou au sein du cabinet AFRICSEARCH TOGO sis à NYEKONAKPOE au 63 Boulevard du 13 janvier 81793 Lomé – TOGO. Tél. : +228 22 20 21 04. Date limite de dépôt des candidatures, le Vendredi 31 Janvier 2020 à 18h00 TU.N.B. : Seul(e)s les candidat(e)s présélectionné(e)s seront contacté(e)s par téléphone ou par e-mail.

Le descriptif du poste est disponible avec plus de détails sur le site web du cabinet www.africsearch.com   AFRICSEARCH
2020-01-20 15:39:02
full-time
France

logo JA3080P083 IOF L’Organisation internationale de la Francophonie regroupe 54 Etats et gouvernements membres, 7 associés et 27 observateurs répartis sur les cinq continents, rassemblés autour du partage d’une langue commune : le français. Consciente des liens que crée entre ses membres le partage de la langue française et de valeurs universelles, elle oeuvre au service de la paix, de la coopération, de la solidarité et du développement durable. L’ORGANISATION RECRUTE POUR LE POSTE SUIVANT : • Directeur(trice) de la langue française et de la diversité des cultures francophones - jusqu’au 05/02/2020 Ce poste est basé à Paris. Les personnes intéressées peuvent consulter le descriptif détaillé à l’adresse : https://www.francophonie.org/recrutements-291 OIF
2020-01-20 15:31:38
full-time
France

logo JA3080P083 IOF L’Organisation internationale de la Francophonie regroupe 54 Etats et gouvernements membres, 7 associés et 27 observateurs répartis sur les cinq continents, rassemblés autour du partage d’une langue commune : le français. Consciente des liens que crée entre ses membres le partage de la langue française et de valeurs universelles, elle oeuvre au service de la paix, de la coopération, de la solidarité et du développement durable. L’ORGANISATION RECRUTE POUR LE POSTE SUIVANT : • Directeur(trice) des Affaires politiques et de la gouvernance démocratique - jusqu’au 05/02/2020 Ce poste est basé à Paris. Les personnes intéressées peuvent consulter le descriptif détaillé à l’adresse : https://www.francophonie.org/recrutements-291 OIF
2020-01-20 15:28:59
full-time
Fermer

Je me connecte