Tourisme

Tourisme : un premier golf sur sable voit le jour au sud du Maroc

C'est à Dakhla, au Sahara occidental sur le front atlantique marocain, que le nouveau golf en sable a été érigé. © Vincent Fournier/Jeune Afrique/JA

D'un coût environnemental moindre, le parcours de 9 trous a nécessité 2,6 millions d'euros. Une forme de diversification touristique pour ce spot atlantique très venteux habituellement privilégié des kite-surfeurs.

Et de 36 ! Le dernier né des Golfs marocains a été inauguré à quelques kilomètres de Dakhla, dans le sud du pays, samedi 21 Mars en présence de Lamine Benomar, Wali  de la région de Dakhla et gouverneur de la province d’Oued Eddahab, et de Ynja Khattat, président de la région Dakhla Oued Eddahab.

Premier Golf sur sable du royaume, le Golf Rio de Oro a la particularité d’avoir de fait une consommation en eau réduite, en plus de « greens » arrosables à l’eau de mer.

Un terrain sableux qui connaît un tassement naturel

Qui est déjà venu à Dakhla est habitué aux souffles de la ville. Spot privilégié des kite-surfeurs, la ville est dorénavant dotée d’un golf à 9 trous qui s’étend sur 34 hectares (dont la moitié est louée au domaine maritime), lui aussi bercé par les vents.

Derrière ce projet d’un montant total de 30 millions de dirhams (environ 2,6 millions d’euros), Nicolas De Vahia, golfeur, directeur de l’agence de communication Lumaycom, et directeur de l’hôtel Bâb al Bahar à Dakhla.

« Ce terrain, situé à un mètre en dessous de la mer connaît un tassement naturel du sable qui se fait par rapport aux marées, lui donnant une texture adéquate pour jouer au golf : quand la balle rebondit sur le parcours, elle roule de la même façon que sur un terrain de gazon » détaille Nicolas De Vahia.

Le premier golf marocain sans pelouses à arroser

Si le Golf Rio de Oro n’est pas le premier golf éco-responsable du pays, il n’en est pas moins le premier sans pelouse à arroser. Avec une consommation d’eau de 20m3 par semaine, là où un golf consomme en temps normal entre 2000 et 3000 m3 d’eau, et des « greens » dont la tonte n’est nécessaire que tous les 6 mois, ce nouveau golf a une dépense énergétique plus basse que la moyenne.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte