Agroalimentaire

Les soucis écolos de Palmci

| Par Jeune Afrique

Palmci a décidé d’arrêter ses investissements dans le complexe agro-industriel prévu dans les forêts de Tanoé et de Motobé, au sud du pays. La filiale oléagineuse de Sifca, ne veut pas abîmer l’écosystème.

Palmci, la filiale oléagineuse du géant ivoirien de l’agroalimentaire Sifca, a décidé d’arrêter ses investissements dans le complexe agro-industriel prévu dans les forêts de Tanoé et de Motobé, au sud du pays. Ces investissements, d’un montant de 18 milliards de F CFA (27 millions d’euros) sur cinq ans, devaient permettre de faire passer la production nationale d’huile de palme brut de 260 000 tonnes à 400 000 tonnes en mobilisant 16 000 hectares de plantations industrielles et villageoises supplémentaires. Le groupe Sifca, qui a mis en place un département de développement durable, ne veut pas abîmer l’écosystème, les associations écologistes appelant à la protection de la faune et de la flore dans cette zone marécageuse.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3103_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer