Économie

Les soucis écolos de Palmci

Palmci a décidé d’arrêter ses investissements dans le complexe agro-industriel prévu dans les forêts de Tanoé et de Motobé, au sud du pays. La filiale oléagineuse de Sifca, ne veut pas abîmer l’écosystème.

Par
Mis à jour le 1 avril 2009 à 14:27

Palmci, la filiale oléagineuse du géant ivoirien de l’agroalimentaire Sifca, a décidé d’arrêter ses investissements dans le complexe agro-industriel prévu dans les forêts de Tanoé et de Motobé, au sud du pays. Ces investissements, d’un montant de 18 milliards de F CFA (27 millions d’euros) sur cinq ans, devaient permettre de faire passer la production nationale d’huile de palme brut de 260 000 tonnes à 400 000 tonnes en mobilisant 16 000 hectares de plantations industrielles et villageoises supplémentaires. Le groupe Sifca, qui a mis en place un département de développement durable, ne veut pas abîmer l’écosystème, les associations écologistes appelant à la protection de la faune et de la flore dans cette zone marécageuse.