Politique

Présidentielle au Niger : l’opposition assure qu’elle ne reconnaîtra pas les résultats du second tour

La coalition pour l’alternance (Copa 2016), dont le candidat Hama Amadou est hospitalisé à Paris, a prévenu jeudi qu’elle ne reconnaîtrait pas les résultats du second tour de l’élection présidentielle prévu dimanche, et réclame l’instauration d’une transition politique.

Par
Mis à jour le 17 mars 2016 à 20:04

Bureau de vote lors du premier tour de l’élection présidentielle au Niger le 21 février 2016, à Niamey. © Gael Cogne/AP/SIPA

« La Copa demande une transition politique afin de permettre d’organiser de nouvelles élections démocratiques, libres, légitimes et transparentes et honnêtes », a-t-elle déclaré dans un communiqué le 17 mars, à trois jours du 2e tour de l’élection présidentielle.

« Nous rejetons les résultats de l’élection présidentielle. Nous demandons l’installation d’une transition et d’un dialogue qui doit déboucher sur des élections qui ne seront cette fois pas contestables », a expliqué à Jeune Afrique Amadou Boubacar Cissé (surnommé « ABC »), président de l’Union pour la démocratie et la République (UDR-Tabbat) et candidat au premier tour de l’élection présidentielle

L’opposition nigérienne avait déjà appelé le week-end dernier au « boycott actif » du scrutin du 20 mars, lors duquel le président sortant Mahamadou Issoufou brigue un nouveau mandat.

Hama Amadou se porte mieux

Son candidat, Hama Amadou, qui depuis a été évacué en France admis à l’hôpital américain de Neuilly, près de Paris, « se porte mieux » a également indiqué ce jeudi à l’AFP, l’un de ses proches.

En début de semaine, la cour d’appel de Niamey avait décidé de reporter au 28 mars la mise en délibéré la nouvelle demande de mise en liberté provisoire.