Économie

RDC : aucun survivant dans l’incident de la mine de cuivre de Glencore

Le bilan de l’incident du 08 mars dans une mine de Glencore dans le sud-est de la RDC est de sept morts.

Par
Mis à jour le 17 mars 2016 à 18:14

Le programme d’assèchement du site KOV, lancé en 2007, vise à extraire environ 10-12 millions de mètres cube d’eau. © Katanga Mining Limited

Dans un communiqué publié ce jeudi, le négociant suisse Glencore a annoncé qu’il n’y a aucun survivant dans l’incident survenu le 08 mars dernier dans une mine de cuivre de sa filiale Katanga Mining, en RDC.

Sept ouvriers impliqués dans des opérations d’assèchement du site minier à ciel ouvert KOV avaient été portés disparus, suite à une « défaillance géotechnique », qui avait entraîné l’effondrement d’un pan du chantier.

Le bilan, porté à deux morts et cinq disparus dès le lendemain de l’incident, est finalement de sept morts.

Dans le texte publié aujourd’hui, le négociant suisse indique que Katanga Mining « est en train de passer d’une phase de recherche et de sauvetage à une phase de récupération [des corps] à la mine KOV ».

Arrêt des activités

L’assèchement du site KOV, lancé en 2007, vise à extraire environ 10 à 12 millions de mètres cubes d’eau qui se sont introduits dans la mine à la suite de l’arrêt des activités en 2000.

Katanga Mining Limited est actif dans la production de cuivre et de cobalt en RDC. L’entreprise, créée en 1997, est cotée à la Bourse de Toronto.

Cette filiale de Glencore, qui a suspendu une grande partie de ses opérations en 2015, a produit 225 000 tonnes de cuivre et de cobalt en 2015, pour un chiffre d’affaires de 670 millions de dollars.

Dans le communiqué publié jeudi, sa maison mère indique qu’en dépit de la suspension de la production, les opérations de maintenance et de modernisation de sa mine se poursuivent.