Politique

Burkina : création d’une commission pour l’élaboration d’une nouvelle Constitution

Le président burkinabé Roch Marc Christian Kaboré, à Ouagadougou, le 20 février 2016 © AFP

Une commission constitutionnelle a été mise en place au Burkina en vue de rédiger un avant-projet de Constitution dans les deux mois pour le passage du pays à la cinquième République, a annoncé jeudi le gouvernement.

Cette commission, dont les membres n’ont pas encore été nommés, sera « chargée de proposer, dans un délai de 60 jours au plus, un avant-projet de Constitution pour le passage à la cinquième République », informe un communiqué du gouvernement dressé mercredi 16 mars et rendu public jeudi.

Ce changement de République figurait dans la « Charte de la transition » signée par les partis politiques, la société civile et les forces de défense et de sécurité au lendemain de la chute de l’ex-président burkinabè Blaise Compaoré, le 31 octobre 2014, après 27 ans de règne.

Un engagement de Roch Marc Kaboré

Le président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré, élu en novembre 2015, s’y était engagé pour « tourner définitivement la page Compaoré, car l’actuelle Constitution – adoptée le 11 juin 1991 – a été écrite avec l’influence des tenants du pouvoir d’alors ».

Quelques semaines avant l’élection de Kaboré à la présidence du Faso, les députés du Conseil national de la transition (CNT) avaient adopté à une écrasante majorité la révision de la Constitution burkinabé, limitant à deux le nombre de mandats présidentiels.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte