Banque

Côte d’Ivoire : l’État injecte 35 milliards de F CFA dans la CNCE

| Par
Nialé Kaba,  ministre chargé de l’Économie et des Finances, au siège de la CNCE en juillet 2015.

Nialé Kaba, ministre chargé de l’Économie et des Finances, au siège de la CNCE en juillet 2015. © CNCE

Un temps évoquée, la liquidation de la Caisse Nationale des Caisses d’Epargne (CNCE) n’aura pas lieu. L’État ivoirien a décidé d’y injecter 35 milliards de FCFA (53,4 millions d’euros).

En proie à des difficultés de trésorerie consécutives à des problèmes de gouvernance, la Caisse Nationale des Caisses d’Epargne (CNCE), la banque publique ivoirienne, va être renflouée par l’État ivoirien qui va y injecter 35 milliards de F CFA — l’équivalent de son capital social. L’objectif est de restructurer l’établissement bancaire en écartant les options de liquidation ou de privatisation précédemment évoquées.

«  L’idée est dans un premier temps de déclencher le sauvetage de la banque qui  possède le plus grand réseau d’agences (133) et a plus de 700 000 clients » a expliqué Bruno Koné, le porte parole du gouvernement.

Après l’affaire Mamah Diabagaté, la CNCE suscite la méfiance du secteur bancaire

En juin 2015, le gouvernement ivoirien avait limogé Mamah Diabagaté, le directeur général nommé au lendemain de la crise poste électorale, car suspecté par la Commission bancaire de la Banque Centrale de malversations financières et d’avoir mis l’établissement dans une situation de quasi cessation de paiement. Il a par ailleurs été frappé d’une interdiction de la profession de banquier dans l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA). Le banquier Antoine Yéo Cassaignan avait été nommé administrateur provisoire à sa place.

Déjà, en 2013, le cabinet PriceWaterHouseCoopers Advisory — mandaté par l’État — interpellait le gouvernement sur les dysfonctionnements de la CNCE et sur l’exposition des clients aux choix de gestion managériale douteux. Dans ces conditions, l’état de la CNCE ne pouvait pas attirer d’investisseurs privés. Sur 11 mois en 2015, jusqu’en novembre, la CNCE avait réalisé des opérations interbancaires de 5,74 milliards de F CFA avec ses consœurs dont 5 milliards de F CFA avec la Banque centrale des États d’Afrique de l’Ouest (BCEAO). C’est-à-dire un montant dérisoire, signe de la grande méfiance des banques.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte