Politique

Côte d’Ivoire : de nombreuses délégations internationales reçues par Alassane Ouattara

Mis à jour le 16 mars 2016 à 08:50

Bénin, Togo, Maroc, France, UEMOA, FMI : les délégations de nombreux pays et organisations internationales ont été reçues par le président ivoirien après l’attentat qui a coûté la vie à quinze civils et trois membres des forces de sécurité, selon un dernier bilan.

Ballet diplomatique à la présidence

Première délégation du continent à être reçue par le président ivoirien, celle conduite par le ministre de l’Intérieur marocain Mohamed Hassad. « Nous sommes envoyés par le roi qui a appelé [le président ivoirien] pour lui présenter ses condoléances », a déclaré Mohamed Hassad lundi 14 mars au soir.

Le lendemain, c’était au tour de la délégation française d’être reçue par Alassane Ouattara. Les ministres des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault et de l’Intérieur Bernard Cazeneuve se sont ensuite rendus à Grand-Bassam, sur les lieux de l’attentat.

Nous devons renforcer notre coopération pour que les terroristes n’aient aucune chance »

« Nous devons renforcer notre coopération pour que les terroristes n’aient aucune chance », a affirmé Jean-Marc Ayrault. Bernard Cazeneuve a quant à lui confirmé le renforcement de la coopération antiterroriste entre les deux pays et a annoncé qu’une dizaine d’hommes du GIGN, une unité d’élite d’intervention de la gendarmerie française, seraient prépositionnés à Ouagadougou, au Burkina Faso voisin, afin d’épauler les forces de la région en cas d’attaque, n’excluant pas que ces hommes, outre un travail de conseil, interviennent directement.

Bernard Cazeneuve a aussi souligné l’importance de soutenir la police scientifique, le travail sur les lieux de crime post-attentat étant selon lui vital pour faire avancer les enquêtes.  Cette annonce survient quelques heures après qu’AQMI, qui a revendiqué l’attentat, a affirmé avoir visé la France et « ses intérêts dans les pays participant dans les opérations Serval et Barkhane », selon SITE, le centre de surveillance des sites internet islamistes.

Le président français François Hollande avait promis dimanche 13 mars « d’intensifier la coopération » de Paris avec les pays visés par le terrorisme, alors que quatre Français ont péri dans l’attaque perpétrée en Côte d’Ivoire.

« Ce qui concerne la Côté d’Ivoire nous concerne »

Mardi soir, Alassane Ouattara a également reçu les présidents béninois et togolais, Thomas Boni Yayi et Faure Gnassingbé. Les deux chefs d’État ont exprimé leurs condoléances aux familles des victimes, avant d’évoquer la lutte à mener contre le terrorisme.

« Ce qui concerne la Côte d’ivoire nous concerne. (…) je lance un appel à la communauté internationale pour qu’elle réagisse promptement à ce fléau », a souligné Boni Yayi.

Présence des acteurs économiques 

Plusieurs représentants d’organisations internationales et économiques se sont également rendus au palais. À l’image du président de la chambre de commerce américaine en Côte d’Ivoire, qui a assuré de son souhait de développer la coopération entre les deux pays.

Le président de la Commission de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), le Sénégalais Hadjibou Soumaré, a également été reçu par Alassane Ouattara.

Pascal Affi N’Guessan

Le président ivoirien s’est également entretenu avec le chef de file du Front populaire ivoirien (FPI), Pascal Affi N’Guessan. Un entretien accordé dans la foulée du Conseil extraordinaire des ministres lundi 14 mars.

« Nous sommes tous visés par ces actes. La Côte d’Ivoire doit rester unie et solidaire », a affirmé le leader de l’opposition.