Actualités

Thierry Zomahoun : « Il faut revaloriser la fonction des enseignants de sciences en Afrique »

Par  | 

Le Béninois Thierry Zomahoun, président-directeur général du réseau Next Einstein Initiative depuis 5 ans, revient sur les enjeux du Next Einstein Forum organisé à Dakar et, plus largement, sur celui des sciences dans le développement du continent.

La toute première édition du Next Einstein Forum se tient du 08 au 10 mars à Diamniadio, près de Dakar, capitale du Sénégal. Cette rencontre qui se veut bisannuelle rassemble cette année près d’un millier de participants. Elle a pour ambition d’offrir aux jeunes scientifiques africains une plateforme d’échange et de promotion. 15 jeunes chercheurs africains dont les travaux touchent à l’agriculture, la santé, les télécoms ou encore l’aérospatial y présentent leurs travaux et y seront récompensés.

Jeune Afrique : Comment est né le concept du Next Einstein Forum ?

Thierry Zomahoun : Il a été conçu il y a trois ans alors que nous célébrions les 10 ans de l’Institut panafricain des sciences mathématiques (AIMS en anglais, créé en 2003 et basé au Cape en Afrique du sud).

Nous avons réalisé une petite enquête pour voir où se déroulent les grandes rencontres scientifiques dans le monde. Il y avait le forum mondial des sciences en Amérique du nord et d’autres rendez-vous du même genre en Asie, en Europe… et aucun grand rendez-vous scientifique international sur le continent africain. C’est la première chose qui nous a frappés

Deuxièmement, nous avons de jeunes scientifiques africains qui réalisent des progrès scientifiques énormes, contribuent à des découvertes liées à des problématiques auxquelles sont confrontés l’Afrique et même le monde entier dans la santé, l’épidémiologie, la finance, les télécoms… Mais ces jeunes ont besoin d’une plateforme qui leur permette de montrer à la face du monde tout ce qu’ils sont en train de faire. Souvent, ils ne peuvent pas se rendre en Europe et en Amérique du Nord présenter leurs travaux.

Enfin, nous avons parmi ces jeunes des femmes scientifiques qui sont en train de contribuer énormément mais que l’on ne voit pas souvent. Ces trois remarques fondamentales nous ont conduits à concevoir le Forum Next Einstein.

Comment vous assurez-vous que les résultats présentés par les jeunes chercheurs africains seront mis au service des besoins du continent ?

Cela appelle deux dynamiques : la première est partenariale. Il faut un partenariat public-privé et scientifique car le PPP traditionnel seul, ne suffit plus. Il faut qu’on arrive à montrer au secteur privé la valeur ajoutée des progrès technologiques et scientifiques que le continent est en train de faire.

Deuxièmement, il faut de la collaboration scientifique nord-sud, mais aussi panafricaine. Il faut décloisonner la communauté scientifique panafricaine, les chercheurs sénégalais doivent pouvoir travailler avec des Kényans, des Marocains, des Égyptiens, des Sud-africains…

Quel bilan dressez vous de l’activité de l’Institut panafricain des sciences mathématiques ?

Nous avons formé au cours de la dernière décennie environ un millier de mathématiciens de niveau master et doctorat. Un de nos anciens étudiants camerounais est aujourd’hui directeur de recherches associé en santé publique à l’université Yale aux États-Unis. Ses recherches portent sur le lien entre la malaria, la bilharziose et le VIH. La bilharziose est une maladie parasitaire qui n’atteint en majorité que les femmes noires et rend plus vulnérable face au VIH.

Une jeune chercheuse nigériane a utilisé les modèles mathématiques dans la fabrication d’un système robotique pour améliorer la sécurité dans les mines. Son invention va permettre de pouvoir détecter les risques d’éboulement. Une autre jeune kényane a développé sur la base de la modélisation mathématique, un système de détection précoce de la malnutrition chez les enfants. La liste est longue…

L’autre impact d’AIMS est de susciter la prise de conscience chez nos décideurs de l’importance des sciences et leur contribution dans le développement du continent. Vous ne pouvez pas avoir de bonnes écoles d’ingénieurs, sans les sciences mathématiques, or des enquêtes révèlent que pour maintenir sa croissance, l’Afrique subsaharienne a besoin de 2,5 millions et demi d’ingénieurs. En formant des mathématiciens, l’AIMS contribue à sa façon à résorber ce besoin.

Enfin, on peut dire qu’au bout d’une quinzaine d’années d’activités on constate enfin un début d’effort pour rétablir l’équilibre entre l’enseignement généraliste et l’enseignement scientifique.

Outre la formation de mathématiciens, l’AIMS s’intéresse-t-il à celle des enseignants de mathématiques des cycles primaires et secondaires ?

Cela fait partie des cinq programmes de l’AIMS. Avec le programme de formation des enseignants, nous avons remporté en 2012 le Prix Unesco-Hamdan bin Rashid Al-Maktoum récompensant des pratiques et des performances exemplaires pour améliorer l’efficacité des enseignants.

Nous mettons l’accent sur une nouvelle pédagogie des mathématiques car la manière dont on les enseigne a rebuté beaucoup de générations d’Africains. Nous sommes en train de mettre en place un programme panafricain de formation des enseignants en sciences, qui a commencé au Cameroun et que nous étendrons au Sénégal. Notre objectif est de former plus de 3 000 enseignants de mathématiques au Cameroun à travers plusieurs centres d’excellence qui toucheront environ près de 3 millions d’élèves du secondaire.

L’autre volet est la sensibilisation des élèves aux disciplines scientifiques. De manière générale, nous oeuvrons et encourageons à la revalorisation de la fonction d’enseignants des sciences. C’est indispensable.

Êtes-vous avec les gouvernements africains ?

Pour ce que nous avons vu, la volonté politique est là. Mais c’est les gouvernements doivent mettre plus de ressources dans l’éducation scientifique. Mais les deniers publics sont tellement sollicités qu’il n’y en aura jamais assez et l’Afrique ne peut pas développer sa stratégie scientifique et technique en se reposant uniquement sur les fonds publics.

C’est essentiel que les leaders du secteur privé comprennent qu’ils ne peuvent pas développer leurs entreprises en faisant fi de la recherche, des innovations scientifiques et techniques.

Recevez les meilleures opportunités

Les opportunités du moment

Niger

| Institutions-ONG
Le Bureau des Nations Unies pour les services d’appui aux projets (UNOPS) est un organe opérationnel des Nations Unies soutenant la mise en oeuvre efficace des projets de ses partenaires dans les domaines humanitaires, de consolidation de la paix et de développement. Conformément à son mandat, l’UNOPS est une ressource centrale des Nations Unies et fournit des services durables en matière de gestion de projets, d’achats et d’infrastructures à un large éventail de gouvernements, de donateurs et d’entités onusiennes. C’est ainsi que le projet « Niger Compact », financé par le Millennium Challenge Corporation (MCC) a été signé récemment. L’UNOPS fournira des services d’assistance technique et de gestion de programmes en intégrant des experts hautement qualifiés et expérimentés au sein du MCA-Niger, l’organisation du GdN responsable de la mise en oeuvre du Compact. C’est dans cette optique que l’UNOPS est à la recherche d’Un·e Conseiller·ère - Bureau de gestion de programme à un niveau IICA 3/P4 qui travaillera pour le bureau Sous-régional basé à Niamey et rendra compte directement au Chef du PMO Compact. ----------------------------------------------------------------------------------- Titre : Conseiller·ère - Bureau de gestion de programme Niveau : IICA 3 Nombre de position : 1 Lieu d’affectation : Niamey-Niger Date de clôture : 26 octobre 2020 Éducation – Expérience - Langues • Être titulaire d’un diplôme universitaire du second cycle BAC+5 (Master) en gestion de projets, ou en sciences sociales, ou en Économie ou planification ou dans un domaine connexe est nécessaire. • Une combinaison d’un diplôme universitaire du premier cycle BAC+3 (Bachelor) en gestion de projets, sciences sociales, Économie ou planification ou dans un domaine connexe, et de 2 années supplémentaires d’expérience de travail pertinente peut être acceptée au lieu des exigences de scolarité décrites ci-dessus. • Une formation spécialisée en gestion de projet ou en contrôle des coûts est souhaitable. • La certification en MS Project (Managing Projects with Microsoft Project ou équivalent) est souhaitable. • La certification en PRINCE2 Foundation/Practitioner (ou PMP®) est un atout considérable. • Avoir au minimum de 7 années d’expérience en gestion de projet, dans la planification et au contrôle des coûts pour tous les projets du MCA-Niger, qui inclut la déclaration des variations, le suivi des étapes importantes à la préparation des processus de facturation pour les clients, etc est exigé. • Une solide connaissance des outils de planification tels que Microsoft Project et/ou Primavera est essentielle. • Une solide expérience dans la gestion documentaire est essentielle. • Une expérience dans la mise en place de systèmes d’information de gestion des projets (PMIS) tel que MS Power BI est un atout considérable. • Une connaissance des normes ISO en gestion de documents et de l’information (ISO 2709, 10244, 15836, 15489, 21127, 23950, 32000) est hautement souhaitée. • Une connaissance du contrat Fédération internationale des ingénieurs conseils (FIDIC) est un avantage. • Connaissances informatiques notamment Google Suite, MS Sharepoint et maîtrise de l’utilisation de MS Project. • Bonne connaissance des tableurs et feuilles de calculs pour le traitement des données et la production de divers rapports. • Connaissance du processus d’exécution du projet et capacité à fournir des plans et des programmes structurés adaptés à chaque phase. Pour postuler ou avoir plus d’informations, merci de suivre le lien suivant : https://jobs.unops.org/pages/viewvacancy/VADetails.aspx?id=20051 Les candidatures féminines sont fortement encouragées. UNOPS
2020-09-21 09:15:07
full-time
Togo

| Banque-Finance-Assurance

Saisissez l’opportunité d’un avenir prometteur Passez d’un(e) jeune diplômé(e) talentueux(se) à un(e) banquier(ière) professionnelle) de classe mondiale.

Ecobank Togo a récemment lancé son programme de développement de diplômé(e)s conçu pour former de jeunes diplômé(e)s talentueux(ses) et motivé(e)s à devenir des banquier(ière)s professionnel(le)s de « standing » mondial. Ce programme est une opportunité pour démarrer sa carrière dans notre institution fi nancière panafricaine. Caractéristiques du programme : • Ce programme s’étale sur 12 mois avec des modules d’apprentissage, de formation, d’expériences pratiques, d’immersion métier et de gestion de projets ; • Coaching individuel & mentorat. Profil des candidat(e)s : • 26 ans maximum au 31 décembre 2020 ; • Tout diplôme de niveau Bac+4 de n’importe quelle discipline obtenu dans une école de renom et sanctionné par une mention « Assez Bien » ou plus. Compétences clés des candidat(e)s : • Excellente communication verbale et écrite ; • Solides compétences interpersonnelles ; • Autonomes et orienté(e)s résultat ; • Capables d’identifi er les problèmes, les analyser et les résoudre. Processus de dépôt des candidatures Les candidat(e)s qualifi é(e)s sont prié(e)s d’envoyer leur CV à graduatetg@ecobank.com en mentionnant en objet “Programme de développement des diplômés“. Le dépôt des candidatures prendra fi n le 31 octobre 2020. Eco bank
2020-09-21 08:56:14
full-time
Djibouti

| Economie
AFRICSEARCH RECRUTE POUR LE FONDS SOUVERAIN DE DJIBOUTI Créé en 2020, le Fonds Souverain de Djibouti (FSD) a pour vocation d’oeuvrer au développement et la croissance économique de la République de Djibouti. Ce fonds qui vise une taille de 1,5 milliards USD investira dans des projets stratégiques à fort potentiel d’emplois. Les postes sont ouverts à toutes les nationalités avec une attention particulière accordée aux ressortissants de Djibouti 1 Chief Investment Officer Vous avez en charge l’initiation et la négociation des projets d’investissements, l’étude des opportunités de prise de participation, la structurations fi nancières des actifs constitués et la gestion du portefeuille. Votre profil : vous êtes idéalement diplômé d’une grande école de commerce ou d’ingénieurs et vous disposez de 10 années d’expérience minimum dans des métiers de l’investissement, fusion / acquisition, dans un fonds d’investissement et/ou en banque d’affaires. 1 Associate Vous êtes responsable de la construction et l’amélioration des modèles financiers et méthodes de valorisation financière. Vous assurez la supervision et la répartition de la charge de travail des analystes. Vous coordonnez et assurez la qualité quantitative et les délais de tous les travaux liés aux projets d’investissement. Votre profil : vous êtes idéalement diplômé d’une grande école de commerce et avez plus de 5 ans d’expérience en conseil stratégique / banque d’investissement ou dans un domaine connexe. Vous avez une grande capacité de travail et des expériences dans les domaines de la comptabilité, finance, droit des affaires et / ou économie. 2 Analystes Vous rassemblez et résumez les données pour structurer des rapports sur la situation financière et les risques des entités cibles. Vous réalisez des études sur les performances passées, futures et comparatives des entités cibles et développerez des modèles de prévision. Votre profil : vous êtes de formation Bac +4/5 avec une première expérience dans le Private Equity ou dans un métier proche (Fusions et Acquisitions ou Corporate Finance, Leverage Finance, Strategic Consulting, Transaction Services / Audit). 1 Directeur financier Vous supervisez l’ensemble des fonctions finances, comptabilité, gestion, trésorerie, fiscalité et communication financière. Vous assurez la gestion des sources de capitaux et leurs emplois, dans une optique de rentabilité et de maîtrise du risque, ainsi que les relations avec les apporteurs de fonds. Vous préparez les budgets et suivez leur exécution. Vous fournissez des simulations de rentabilité et de risque financier comme aide à la décision pour les projets d’investissement importants. Vous produisez les états financiers destinés aux actionnaires, aux instances légales. Votre profil : vous êtes de formation Bac+5 Banque, Finance, Audit ou diplômé Expert-comptable, vous avez une bonne connaissance de la gestion comptable, financière et juridique des fonds d’investissement. Vous avez au moins 10 ans d’expérience avec au moins 4 ans dans un poste de management et vous avez une bonne connaissance des processus comptables et financiers liés à la gestion de fonds. Une solide connaissance de l’industrie des fonds d’investissement et des structures de fonds est indispensable. 1 Responsable administratif Vous êtes le garant de la bonne gestion administrative de l’entreprise. Vous contrôlez la bonne exécution de la stratégie et des procédures défi nies avec la direction générale et coordonnez les services généraux. Vous supervisez les services administratifs du personnel (paie, contrats de travail, dossiers du personnel). Votre profil : vous êtes titulaire d’un Bac + 5 minimum en gestion, économie, droit, ressources humaines. Une expérience de 5 ans dans la gestion et l’organisation d’entreprises constitue un minimum requis. 1 Responsable Communication Vous êtes en charge de la définition et la mise en oeuvre de la stratégie de communication interne et externe du Fonds. Vous maîtrisez les outils digitaux. Votre profi l : vous êtes titulaire d’un diplôme d’études supérieures communication, d’une école de commerce, avec spécialisation en communication, avec une expérience de 7 ans minimum dans une fonction similaire. 1 Comptable Vous avez en charge la tenue de la comptabilité de la société et participez activement à l’analyse des documentations d’investissement afi n de garantir une comptabilisation fidèle des opérations d’investissement. Votre profil : vous avez un diplôme supérieur en comptabilité et justifiez de 5 à 7 ans d’expérience en comptabilité et en production de rapports financiers pour des fonds. 4 Assistantes Vous assistez un ou plusieurs responsable(s) afin d’optimiser la gestion de leur activité (gestion de planning, organisation de déplacements, communication, préparation de réunions, accueil, ...). Vous organisez et coordonnez les informations internes et externes liées au fonctionnement de la structure, et prenez en charge le suivi complet de dossiers confiés par les Responsables. Votre profil : vous avez un diplôme de niveau Bac + 4 minimum en assistanat de direction, assistanat de gestion. Vous maîtrisez parfaitement au moins 2 langues dont le Français et l’anglais. Nous ciblons les candidats africains et internationaux. Nous invitons aussi les professionnels à Djibouti ou issues de la diaspora Djiboutienne à nous soumettre leur candidature. Les candidats intéressés sont priés d’envoyer leur CV détaillé avec une lettre de motivation en français ou en anglais en indiquant le poste auquel ils postulent avant le 15 Septembre à : infotg@africsearch.com et copier infoci@africsearch.com Le détail des offres peut être également consulté sur le site www.africsearch.com
2020-08-27 10:11:33
full-time
Fermer

Je me connecte