Banque

« Mobile banking » : Ecobank et Airtel s’allient

Les deux groupes panafricains développeront dans 14 pays des services financiers sur les téléphones portables.

 Le mobile banking franchit une étape supplémentaire en Afrique. Deux des principaux groupes panafricains opérant sur le continent, la banque Ecobank et l’opérateur télécoms Airtel, ont en effet annoncé le 6 juin leur alliance relative à l’offre de services bancaires via le téléphone portable. Les deux acteurs se sont engagés à travailler au développement de services financiers innovants à destination des populations sous-bancarisées ou non bancarisées dans les 14 pays dans lesquels Ecobank et Airtel sont tous deux actifs.

Alliance gagnant-gagnant

Parmi les pays concernés figurent quelques grands marchés comme le Kenya, où l’opérateur Safaricom propose depuis 2007 le premier service de mobile banking en Afrique (M-Pesa), ou le Nigeria, marché bancaire de première importance. Mais aussi plusieurs pays francophones de taille plus modeste comme le Burkina Faso, le Congo-Brazzaville, le Gabon, le Niger et  le Tchad.

Cette alliance pourrait s’avérer mutuellement bénéfique pour les deux partenaires : Ecobank y gagnant un moyen d’amorcer la bancarisation d’une partie des 44 millions de clients que compte l’indien Airtel en Afrique. Ce dernier pourrait quant à lui à la fois bénéficier de l’expérience bancaire d’Ecobank tout en espérant faire grimper la dépense moyenne de ses clients.

Repreneur début 2010 des activités subsahariennes de Zain, Airtel a d’ores et déjà amorcé sa politique de baisse massive des tarifs. Mais le succès de cette mesure, faite dans l’espoir d’augmenter la durée moyenne des appels, tarde à se manifester. Offrir des services bancaires par mobile lui permettra à la fois de fidéliser la clientèle tout en générant un chiffre d’affaires complémentaire.

Succès des services financiers sur mobiles

Selon Arnold Ekpe, cette alliance « réaffirme l’engagement d’Ecobank à fournir des services bancaires aux populations non bancarisées ou sous-bancarisées en Afrique ». Le directeur général d’Ecobank a ajouté dans un communiqué qu’étant donné « qu’Ecobank et Airtel ont déjà collaboré dans certains pays pour développer avec succès des services financiers sur mobiles, il est logique que nous étendions cette collaboration dans tous les marchés africains où nous sommes mutuellement présents ». En partenariat avec la Fondation Bill et Melinda Gates, les deux groupes avaient déjà lancé il y a quelques semaines au Ghana un produit de mobile banking.

Proposé sur le continent depuis plusieurs années, le mobile banking est présenté comme un produit d’avenir. Bénéficiant du succès commercial puis financier de M-Pesa, le Kenya est le premier marché pour ce type de services. Les offres vont du simple transfert d’argent jusqu’au paiement par téléphone portable de factures ou d’achats auprès de commerçants en passant par les services financiers à distance.

En Afrique francophone, c’est l’opérateur français Orange qui mène le bal. Son service Orange Money, lancé initialement en Côte d’Ivoire, est désormais disponible dans plusieurs autres pays, dont le Sénégal, le Mali ou Madagascar. Précédant l’alliance entre Ecobank et Airtel, Orange s’était alliée pour cette nouvelle offre à son compatriote BNP Paribas, également implantée en Afrique.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte