Médias

Tunisie : Attessia TV, l’ovni du petit écran

La nouvelle chaîne tunisienne qui fait du bruit. © Capture d'écran/Youtube/Attessia TV

Une caméra cachée qui crée un buzz international depuis le 27 février, un bulletin d’information présenté tous les soirs sous une formule innovante, une nouvelle approche de l’actualité… Mais quelle est donc cette chaîne, qui bouscule l’audiovisuel tunisien ?

Des femmes qui envahissent un café pour hommes dans la banlieue de Tunis, à la grande surprise des clients habituels…. C’est la vidéo de la chaîne Attessia TV qui avait défrayé la chronique en Tunisie il y a une semaine. Diffusées de façon hebdomadaire dans le cadre de l’émission #RDV9, d’autres caméras cachées du même genre ont pour objectif d’attirer l’attention sur des sujets sociaux, souvent considérés comme tabous dans la société tunisienne.

À travers ce genre d’émissions, la chaîne veut secouer les mentalités via l’humour. Présentée le 18 avril 2015, Attessia TV (la Neuvième) a commencé à prendre son envol pendant le mois de Ramadan. Aux commandes : l’animateur et journaliste Moez Ben Gharbia, notamment connu pour ses passages sur les chaînes Hannibal TV, Tunisie 7 et Ettounsiya TV. Depuis, Attessia fait son petit bout de chemin, avec de nouveaux concepts qui font régulièrement mouche, sur un ton humoristique et décalé.

« Cette chaîne se veut généraliste et s’adresse à toute la famille « , avait indiqué Moez Ben Gharbia lors de la conférence de presse du lancement. Et effectivement, il y en a pour tous les goûts, du social au politique en passant par du sportif, du divertissement, des feuilletons et même une émission par et pour les enfants.

Une chaîne jeune

Un des points forts de la chaîne, selon son directeur, c’est la jeunesse des personnes qui y travaillent, avec des animateurs et des producteurs qui ne dépassent généralement pas la trentaine. Autre atout mis en avant par Moez Ben Gharbia : « 90% de production locale ».

Le jeune réalisateur tunisien Majdi Smiri en est un exemple, avec ses feuilletons Bolice (« Police ») et Lilet Echak (« La nuit du doute »), diffusés avec succès pendant le Ramadan et primés au Jordan Festival for Arab Media.

Parmi les animateurs de la chaîne, on peut aussi citer Mourad Zeghidi (ex-journaliste sportif de Canal+), la journaliste et réalisatrice Amel Smaoui, le chroniqueur Haythem el Mekki, l’humoriste Migalo (de son vrai nom Wassim Lahrissi) ou encore Makki Helal. Travaillant auparavant pour BBC Arabia, ce dernier a présenté avec succès le premier journal télévisé de la chaîne le 1er mars , un journal aux allures de celles des grandes chaînes internationales (générique, fonds d’écran animés, mobilité du présentateur, etc.).

https://www.youtube.com/watch?v=WF-6YlDYq0s

 Un teasing original annonçant la reprise des programmes d’Attessia TV le 23 janvier 2016

Une approche décalée

Cette volonté de se distinguer et d’innover dans la sphère médiatique tunisienne se retrouve aussi et surtout dans les diverses émissions de divertissement diffusées par Attessia TV, comme le Zapping, l’émission Quoi d’9, qui revient de façon décalée et satirique sur ce qui a été diffusé sur les télévisions tunisiennes et étrangères, Caméra Houssem ou encore Sghar Attessia (Attessia pour enfants), qui donne la parole aux plus petits.

Mais l’idée qui a permis à la chaîne de non seulement tirer un peu plus son épingle du jeu, mais en plus d’être reconnue au niveau international, c’est celle des caméras cachées à visée sociale.

Chaque semaine, l’émission #RDV9 présente une nouvelle caméra cachée un peu spéciale dans sa rubrique « Chaabouna al aadhim » (notre grand peuple). Des sujets délicats y sont traités avec humour et sous forme d’expérimentations sociales, comme le racisme, les violences conjugales, le handicap et l’infidélité. Des scènes cocasses et des réactions souvent drôles, parfois choquantes, qui mettent le doigt sur des sujets tabous ou de mauvaises habitudes au sein de la société tunisienne, à l’image de celle sur ces femmes tunisiennes qui ont décidé d’inverser les rôles en s’accaparant un petit « café pour hommes ».

 

Une caméra cachée au message fort, qui a été partagée par plusieurs médias étrangers et des organisations telles que ONU Femmes.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte