Économie

Zimbabwe : Robert Mugabe veut nationaliser les mines de diamant

Le président du Zimbabwe, Robert Mugabe, lors d'un forum sur la coopération entre la Chine et l'Afrique, le 5 décembre 2015 à Johannesburg, en Afrique du Sud.

Le président du Zimbabwe, Robert Mugabe, lors d'un forum sur la coopération entre la Chine et l'Afrique, le 5 décembre 2015 à Johannesburg, en Afrique du Sud. © Mujahid Safodien/AFP

Le président zimbabwéen a annoncé sa volonté de nationaliser les mines de diamant pour permettre au pays de profiter pleinement de ces ressources, actuellement exploitées en grande partie par des compagnies étrangères.

Robert Mugabe a annoncé cette nouvelle mesure lors d’une longue interview à la chaîne de télévision locale ZBC. « Nous n’avons pas reçu beaucoup d’argent de l’industrie diamantifère, a-t-il déclaré. Nous avons décidé que ce secteur devait être un monopole que seul l’État est autorisé à exploiter. »

Bouleversement dans l’industrie du diamant

Cette décision devrait changer le paysage de l’industrie diamantifère au Zimbabwe. Sur six compagnies qui exploitent les mines, quatre sont détenues par des investisseurs privés étrangers :  deux Chinois, un Ghanéen et une entreprise de Dubaï, toutes en coentreprise avec le gouvernement. Une entreprise locale est à la tête d’une autre mine, tandis que la sixième est déjà exploitée par l’État.

L’an dernier, le Zimbabwe avait fait part de sa volonté de fusionner les six entreprises extrayant des diamants autour de la zone de Marange, dans l’est du pays, au sein d’une seule entité publique, la Zimbabwe Consolidated Diamond Company. Et le mois dernier, le ministre zimbabwéen des Mines, Walter Chidhakwa, avait annoncé la décision du gouvernement de prendre le contrôle de deux mines de diamant dont les permis d’exploitation avaient expiré.

Il y a de la contrebande et des escroqueries, et les entreprises qui exploitent les diamants nous volent nos richesses. Notre peuple n’en tire rien

Une mesure qui redressera l’économie ?

Prosper Chitambara, économiste au sein de l’Institut de recherche sur le travail et le développement économique du Zimbabwe craint que cette décision ne rende le pays moins attractif pour les investisseurs. « Le modèle idéal serait de créer une co-entreprise entre le gouvernement et le secteur privé », a-t-il ajouté à l’AFP. « Les bénéfices ne devraient pas augmenter après cette décision. Ce dont on a besoin c’est d’institutions fortes qui assurent la transparence dans tout le secteur du diamant », estime Prosper Chitambara.

Le gouvernement compte sur cette industrie pour redresser l’économie moribonde du pays, prisonnière d’une faible croissance, d’un chômage de masse et d’un manque de trésorerie budgétaire.

La production de diamants au Zimbabwe, un des dix plus gros producteurs mondiaux, a chuté de 660.000 carats à 420.000 carats sur les cinq premiers mois de l’année 2015, par rapport à la même période en 2014, selon l’agence Bloomberg.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte