Diplomatie

Égypte : un député déchu de son mandat après sa rencontre avec l’ambassadeur d’Israël

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi s'adressant au Parlement au Caire, le 13 février 2016.

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi s'adressant au Parlement au Caire, le 13 février 2016. © AP/SIPA

Le député égyptien Tewfik Okacha a finalement été déchu de son mandat mercredi. Il avait déclenché un tollé pour des propos tenus après sa rencontre avec l’ambassadeur d’Israël au Caire, qu’il avait invité à dîner chez lui.

Sa rencontre avec Haim Koren aura sans doute été fatale pour sa carrière politique. Quand M. Okacha avait reçu le 24 février l’ambassadeur d’Israël, il avait déclenché un tollé parmi ses pairs. Surtout en raison des sujets qu’il avait abordé durant sa conversation avec le diplomate. Dans un entretien publié le lendemain de sa rencontre par le quotidien égyptien Al-Masri al-Youm, le député avait indiqué s’être « mis d’accord pour qu’Israël ait un rôle décisif » dans la question du barrage controversé construit par l’Éthiopie sur le Nil. Suite à ces déclarations un de ses collègues l’avait frappé d’un coup de chaussure en pleine séance dans l’hémicycle.

Une déchéance largement approuvée

« Le Parlement a approuvé la déchéance du mandat du député Tewfik Okacha, après l’accord de 465 députés », soit plus des deux-tiers des membres du la chambre, selon le site Internet de la Chambre. « La sanction n’est pas motivée par sa rencontre avec l’ambassadeur d’un pays étranger, mais en raison des questions discutées durant cet entretien, en lien avec la sécurité nationale égyptienne », souligne le communiqué. Le député Khaled Youssef  a pour sa part indiqué à l’AFP qu’ « il a manqué aux devoirs de sa fonction en invitant un État étranger à s’ingérer pour résoudre la question du barrage »,

« Accepter les opinions divergentes »

L’Égypte est devenue en 1979 le premier pays arabe – c’est encore l’un des deux seuls à ce jour avec la Jordanie -, à avoir signé un accord de paix avec Israël. Les relations entre les deux pays restent toutefois un sujet sensible au sein des médias et de l’opinion publique.

« Nous devons accepter les opinions divergentes, pour consolider les liens entre les deux peuples, sur le plan économique, culturel et social », avait indiqué plus tôt mercredi l’ambassadeur d’Israël, dans une vidéo postée sur la page Facebook de l’ambassade. L’ambassade d’Israël au Caire avait estimé dans un premier temps que la rencontre avait été « très réussie », affirmant que « les deux parties se sont mises d’accord pour rester en contact et poursuivre la coopération. »

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte