Politique
Les symboles francs-maçonniques. © AFP

Cet article est issu du dossier

Les francs-maçons africains au pied du mur

Voir tout le sommaire
Politique

RDC – Congo Brazzaville : deux rives, deux frères (maçons)

Déclenchée en 2014 pour expulser les ressortissants de la RD Congo en situation illégale au Congo, l’opération Mbata ya bakolo (« La gifle des aînés », en lingala) a provoqué une querelle épistolaire dans le petit monde maçonnique des deux Congos.

Mis à jour le 2 mars 2016 à 16:49

En 2014, une réunion rituelle a contribué à stopper l’expulsion par le Congo de ressortissants de la RD Congo en situation illégale. © JUNIOR D. KANNAH/AFP

Une lettre signée par un collectif de maçons (principalement issus de la diaspora) a été adressée au « frère président » Denis Sassou Nguesso afin de demander la fin des expulsions. À Kinshasa – où l’on ne compterait que 300 membres (principalement au sein du Grand Orient du Congo, dont le grand maître est Augustin Kabangui), et où le chef de l’État, Joseph Kabila, a jusque-là refusé d’être initié (la pression des évangélistes antimaçons est importante) -, la démarche est inhabituelle. Vexé, ne reconnaissant à ce collectif aucune légitimité, l’adjoint au grand maître Sassou Nguesso, Jean-Dominique Okemba, a vivement répliqué. Les frères des deux rives ont fini par se calmer et par se retrouver à Kinshasa, lors d’une réunion rituelle ayant pour thème la coopération maçonnique sous-régionale. Une assemblée qui a été déterminante dans l’arrêt des expulsions.