Économie

Côte d’Ivoire : le cimentier marocain Cimaf double ses capacités de production à Abidjan

Mis à jour le 3 mars 2016 à 18:17

Anas Sefrioui. © Alexandre Dupeyron pour JA

Pour les relever à un million de tonnes par an, a rapporté l’agence officielle MAP mardi, après l’inauguration de la deuxième ligne de production de la cimenterie de Yopougon (Abidjan) par le Premier ministre ivoirien, Daniel Kablan Duncan.

Parole tenue. Anas Sefrioui, le patron marocain de Ciments d’Afrique (Cimaf), s’était engagé au cours d’une audience à la primature ivoirienne en 2013 à doubler la capacité de sa cimenterie à Yopougon (Abidjan), pour la passer de 500 000 à 1 million de tonnes par an. Au terme de 18 mois de travaux et d’un investissement de 17 milliards de F CFA (26 millions d’euros), c’est chose faite, rapporte la MAP, à l’occasion de l’inauguration de la nouvelle ligne de production — en activité depuis début février — par le Premier ministre ivoirien, Daniel Kablan Duncan.

Également présent au Burkina Faso, au Gabon, en Guinée, au Ghana et au Cameroun, le cimentier marocain, qui lorgne aussi le Congo Brazzaville et le Mali,  n’entend pas s’arrêter en si bon chemin en Côte d’Ivoire dans le cadre d’un ambitieux programme de développement au sud du Sahara. À Abidjan, mardi, Anas Sefrioui, qui est également actif dans l’immobilier avec le groupe Addoha, le géant de l’immobilier qu’il dirige , a annoncé l’ouverture d’une nouvelle unité de production cimentière ivoirienne.

Anas Sefroui, a fait savoir que son groupe est en cours de réalisation, depuis février dernier, d’une seconde cimenterie dans la zone portuaire de la ville de San Pedro pour un investissement de près de 35 milliards de F CFA (53,36 millions d’euros).