Société

Nigeria : mobilisation réussie pour Ese Oruru, une adolescente mariée de force

| Par
Mis à jour le 04 mars 2016 à 09h08
Au Nigeria, selon l'Unicef, environ 20% des filles de 15 ans sont mariées.

Au Nigeria, selon l'Unicef, environ 20% des filles de 15 ans sont mariées. © Arne Hoel /CC/ Flickr

La presse et la twittosphère nigérianes se passionnent depuis 24 heures pour l’histoire d’Ese Oruru, une jeune fille mineure qui aurait été enlevée à ses parents en août 2015 à Bayelsa, dans le sud du Nigeria et mariée de force dans l’État de Kano, au nord du pays.

Son visage fait la une des journaux, et des millions de tweets réagissent aux derniers rebondissements de ce qui est devenu une affaire nationale au Nigeria. C’est le journal Punch, qui a sorti l’information lundi 29 février, lançant une campagne pour la libération de la jeune fille. Selon les informations de ce quotidien local, tout a commencé en août 2015  quand un certain Yinusa, client de la mère d’Ese qui est commerçante, enlève la jeune fille qui a alors 13 ans. Il l’emmène dans l’État de Kano, dans le nord du pays, où elle aurait été par la suite convertie à l’islam, puis mariée « de force ».

Suite aux appels répétés des parents d’Ese, la presse s’est emparée de l’affaire plus de six mois après l’enlèvement présumé. Et en moins de 24 heures, le hashtag #FreeEse (« Libérez Ese ») a envahi les réseaux sociaux nigérians.

https://twitter.com/FlorenceWarmate/status/704617400625471488

(Le kidnapping et le viol d’une mineure est une violation des droits humains. Ne laissons pas les responsables en liberté.)

(Il ne s’agit pas seulement de libérer Ese, mais aussi de de donner réparation et de poursuivre immédiatement le responsable.)

(J’espère qu’Ese Oruru va rentrer chez elle et retrouver sa famille, cela mettra enfin un terme à cette agitation.)

Ese Oruru libre !

L’affaire a vite pris de l’ampleur, poussant l’émir de Kano à condamner officiellement ce mariage, et les forces de police à intervenir. L’union civile des mineurs est en effet interdite au Nigeria, même si 20% des filles de 15 ans sont mariées selon l’Unicef.

Mardi, dans la matinée, le journal Punch a finalement annoncé que la jeune fille avait été remise aux forces de l’ordre, tandis que la twittosphère se déchirait sur l’âge véritable d’Ese et les différentes versions de l’affaire.

 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte