Energie

Côte d’Ivoire : la compagnie de production d’électricité dope ses capacités

La Côte d'Ivoire entend plus que doubler sa production électrique d'ici 2020 pour améliorer le taux de couverture de la population à 43% en 2015.

La Côte d'Ivoire entend plus que doubler sa production électrique d'ici 2020 pour améliorer le taux de couverture de la population à 43% en 2015. © Marc SHOUL pour Jeune Afrique

Le président de la république Alassane Ouattara a inauguré, mercredi 17 février, la dernière extension de la centrale thermique de la Compagnie ivoirienne de production d’électricité (Ciprel). Le pays, qui affiche un taux d'électrification de la population de 43%, veut plus que doubler sa production électrique avant 2020.

Le président de la république Alassane Ouattara a inauguré, mercredi 17 février, la dernière extension de la centrale thermique de la Compagnie ivoirienne de production d’électricité (Ciprel), filiale du groupe énergétique africain Eranove installée en 1994 dans la zone industrielle de Vridi dans la capitale économique Abidjan.

Cet extension augmente de 70% la capacité installée de Ciprel qui passe de 321 mégawatts (MW) à 556 MW. Ce qui à l’année porte la production d’électricité supplémentaire à 1 600 gigawhatts-heure et doit permettre d’alimenter 120 000 foyers ou 1,2 million de personnes.

D’un coût de 340 millions d’euros, le projet “Ciprel IV” a mobilisé les financements de trois bailleurs de fonds à hauteur de 200 millions : la Société financière internationale (SFI), filiale de la Banque mondiale, la Banque africaine de développement (BAD) et Proparco, la filiale de l’Agence française de développement (AFD) spécialisée dans l’investissement privé. Le reste a été apporté par des banques nationales et régionales (pour 75 millions d’euros) et par les actionnaires de la Ciprel (Eranove, l’État ivoirien et la Banque ouest-africaine de développement) pour 65 millions restants.

Neuf milliards de dollars dans l’électricité ivoirienne sur cinq ans

Et la Côte d’Ivoire – qui est entrée au capital de la Ciprel en 2008 – n’entend pas arrêter là le renforcement de sa production électrique. « Notre gouvernement prévoit de doubler la capacité énergétique de la Côte d’Ivoire, actuellement évaluée à 2 000 MW. Pour y parvenir, nous tablons sur 9 milliards de dollars d’investissements sur les cinq prochaines années dans le cadre du Plan National de Développement » a annoncé le ministre du Pétrole et de l’Énergie, Adama Toungara, en marge de l’inauguration de la nouvelle unité de la Ciprel.

Selon le ministre, ces nouveaux investissements devraient aboutir à la mise en service, avant 2020, de quatre barrages hydroélectriques d’une capacité totale de 587 MW, d’une centrale solaire de 167 MW, de trois centrales à gaz d’une capacité totale de 835 MW, et de deux centrales à charbon de 1 400 MW.

De quoi donc, sur le papier, ajouter pas loin de 3 000 MW à la capacité actuellement installée en Côte d’Ivoire qui s’élevait à 1 975 MW en 2015, soit un taux d’électrification de 43% de la population.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte