Politique

Égypte : l’ancien secrétaire général de l’ONU Boutros Boutros-Ghali est mort

Boutros Boutros Ghali © DR

L'Égyptien Boutros Boutros Ghali, ancien secrétaire général de l'ONU, est mort mardi à l'âge de 93 ans.

Le diplomate égyptien Boutros Boutros Ghali, ancien ministre des Affaires étrangères des raïs Sadate et Moubarak (1977-1991) et secrétaire général des Nations unies (1992-1996) puis de la Francophonie (1997-2002), s’est éteint à l’âge de 93 ans.

Figure essentielle des accords de paix de 1979 entre l’Égypte et Israël, il avait assisté impuissant aux drames du Rwanda, de l’ex-Yougoslavie et de la Somalie depuis son bureau des Nations unies. Créateur du Conseil égyptien des Droits de l’homme en 2003, dont il était encore président d’honneur, ses recommandations n’ont pas permis d’enrayer la vague de contestation politique et sociale qui a emporté le président Moubarak en janvier 2011.

Il jugeait l’Égypte « en guerre »

Entre Le Caire et Paris, Boutros Boutros Ghali partageait son temps entre des interventions à l’Unesco, à l’université de droit de La Haye et dans les médias égyptiens à qui il donnait de réguliers entretiens.

Dans une interview à Jeune Afrique en octobre, le diplomate portait également un regard sans concession sur l’ONU, qu’il jugeait en pleine décadence, et sur son pays, l’Égypte, qui était selon lui « en guerre ».

« C’est un homme qui sait écouter, qui pose des questions intelligentes. Il a hésité beaucoup à prendre le pouvoir, mais a finalement pris la décision de le faire parce qu’il n’y avait pas d’autres solutions », disait-il alors à propos d’Abdel Fattah al-Sissi.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte