Économie

Gaz liquide : Nigeria LNG prêt à lever jusqu’à 2 milliards de dollars

Par
Mis à jour le 12 février 2016 à 11:31

Une raffinerie de la compagnie ExxonMobil, sur l’île de Bonny en 2006. (Photo d’illustration) © GEORGE OSODI/AP/SIPA

ING et First Bank of Nigeria sont les conseils de l’opération actuellement en préparation, selon les informations de « Jeune Afrique ».

Alors que le président Muhammadu Buhari veut renforcer le secteur des hydrocarbures de son pays, Nigeria LNG (NLNG) Limited, qui exploite aujourd’hui six unités de liquéfaction de gaz sur l’île de Bonny, au large de Port Harcourt, avance enfin sur son projet d’agrandissement prévu depuis 2010.

Ce géant du gaz liquéfié, détenu à 49 % par la compagnie pétrolière publique NNPC (Shell, Total et Eni se partagent le reste du capital) et dirigé par Babs Omotowa, entend ainsi lever 1 à 2 milliards de dollars pour financer la construction de deux nouvelles unités de liquéfaction de gaz.

À ce stade de l’opération, aucun choix n’a été arrêté en ce qui concerne les marchés sur lesquels ces fonds seront mobilisés (entre marché national, ouest-africain et international).

Relever la production de 22 à 30 millions de tonnes annuelles

La création de ces deux unités permettrait à la société, autrefois classée parmi les dix premiers fournisseurs de GNL au monde, d’augmenter sa production annuelle de 22 millions de tonnes à 30 millions de tonnes.

le hollandais ING Group et First Bank of Nigeria sont les conseils de l’opération actuellement en préparation.

Le britannique Standard Chartered et le japonais Sumitomo Mitsui Banking Corp (SMBC) avaient été également présélectionnés mais n’ont finalement pas été retenus.