Politique

Soudan du Sud : Salva Kiir nomme son ennemi juré Riek Machar vice-président et fait un pas vers l’accord de paix

Plus de six mois après avoir ratifié du bout des lèvres l’accord de paix en août 2015, Salva Kiir a finalement consenti à renommer son ennemi juré Riek Machar au poste de vice-président.

Par
Mis à jour le 12 février 2016 à 09:08

Jeune homme armé non identifié, le 12 Octobre 2015, dans l’Etat d’Unité (Soudan du Sud). © Jason Patinkin/AP/SIPA

« Moi, Salva Kiir Mayardit, président de la République du Soudan du Sud, édicte par la présente ce décret présidentiel qui ordonne la nomination de Riek Machar Teny comme premier vice-président de la République du Soudan du Sud », a indiqué le président dans un décret publié jeudi 11 février.

Mettre fin au bain de sang 

La restauration de Riek Machar au poste de vice-président qu’il occupait avant le conflit était l’un des principaux points de crispation à l’accord de paix, signé dans la douleur fin août 2015. Après avoir ratifié le texte du bout des lèvres, Salva Kiir avait immédiatement dénoncé une « prime à la rébellion » concernant ce poste de vice-président attribué à son rival.

Cet accord, parrainé par les États-unis, vise à mettre un terme à plus de deux années d’une guerre civile qui a ravagé le pays. Selon des témoignages recueillis par les organisations internationales comme par la presse, la population est en proie aux massacres ethniques, viols, torture, meurtres et recrutement d’enfants, dont sont responsables les deux camps. Signes des horreurs commises, l’Unicef annonçait en juin 2015 que des enfants étaient égorgés, violés, et brûlés vifs.