Société

Athlétisme : l’Agence mondiale antidopage troublée par des accusations de corruption envers le Kenya

Par
Mis à jour le 12 février 2016 à 11:33

Le contrôle anti-dopage, un passage obligé pour les coureurs. © AFP

Jeudi, l’Agence mondiale antidopage (AMA) s’est dite « extrêmement troublée » par les révélations de deux athlètes kényanes. Elles accusent leur fédération de corruption dans la gestion de suspension pour dopage.

« L’AMA est extrêmement troublée par ces allégations d’extorsion et de corruption à l’échelle d’une fédération sportive nationale, qui constituent un sinistre rappel des conclusions de l’enquête récente menée par la Commission indépendante au sujet du dopage généralisé dans le milieu international de l’athlétisme », a déclaré David Howman, le directeur général de l’AMA.

Une enquête doit-elle être ouverte ? 

« Il va de soi que l’AMA exigera des renseignements plus détaillés sur ces allégations auprès des parties concernées afin de déterminer si une enquête doit être menée par l’AMA ou par la Commission d’éthique de la fédération internationale dans le cadre de son propre processus d’enquête », a-t-il poursuivi.

« Les allégations qui ont été portées à notre connaissance cette semaine illustrent également l’importance pour le Kenya de mettre en place le plus rapidement possible une organisation nationale antidopage solide, indépendante et pleinement fonctionnelle. Pour un pays d’une telle stature sur le plan sportif, il s’agit d’un pas crucial en vue de protéger efficacement les sportifs propres », a-t-il conclu.

Deux athlètes suspendues 

Joyce Zakari (400 m) et Francisca Koki Manunga (400 m haies) avaient été contrôlées positives, lors des Mondiaux d’athlétisme de Pékin en août 2015. Fin novembre, la Fédération kényane d’athlétisme (AK) les avait suspendues pour quatre ans.

Les deux athlètes ont accusé le directeur général de leur fédération de leur avoir demandé un pot-de-vin au cours de l’année 2015 pour atténuer la durée de leur suspension pour dopage.

Manifestation d’athlètes contre la corruption et le dopage

En novembre 2015, une soixantaine d’athlètes kényans avaient manifesté à Nairobi, dans les bureaux de leur propre fédération d’athlétisme. Leur objectif : obtenir le licenciement des officiels accusés de corruption ainsi qu’un examen approfondi des allégations de dopage. Depuis 2012, une trentaine d’athlètes kényans ont été suspendus et cinq ont été bannis  après avoir été contrôlés positifs.