Bourse

L’introduction de Biopharm à la Bourse d’Alger est retardée

Seules quatre entreprises sont présentement cotées à la Bourse d'Alger. © DR

La période des souscription aux actions du groupe Biopharm préalable à son introduction à la Bourse d’Alger - initialement prévue du 18 au 28 janvier - n’a en réalité pas encore débutée. Elle devrait avoir lieu sous peu, selon la Commission d’organisation et de surveillance des opérations de Bourse (Cosob).

Alors que la Cosob – le régulateur de la Bourse d’Alger – avait donné son feu vert en décembre dernier pour l’introduction de 20 % de capital du groupe pharmaceutique Biopharm prévue pour début février, l’opération n’a en fait pas encore commencé.

De fait, la date précise concernant l’ouverture des souscriptions à l’offre publique de vente d’actions n’a pas encore été indiquée. « Il y a eu un retard dans le calendrier, liées aux procédures administratives que doivent initier les différents intervenants sur le marché (NDLR : banques et intermédiaires en Bourse), mais un communiqué de presse sera publié prochainement pour préciser les dates de l’opération », a déclaré à Jeune Afrique la direction de la Cosob.

Un plan média en cours d’élaboration

Pour l’heure, la direction de Biopharm n’est pas disposée à s’exprimer sur ce sujet. Suite à nos demandes répétées, l’équipe en charge des relations avec les investisseurs du groupe nous a adressé l’email suivant : « Nous vous remercions pour l’intérêt que vous portez à notre société et notamment pour sa prochaine introduction en Bourse. Nous n’avons pas de plan de communication pour le moment, un communiqué de presse sera affiché sur notre site web. Nous reviendrons vers vous prochainement ».

Selon nos informations, le groupe Biopharm prépare activement son introduction en Bourse, qui nécessite encore un certain nombre d’autorisations administratives et d’ajustements techniques. Un plan média est même en cours d’élaboration, afin de communiquer au public tous les détails de cette opération.

Un retard prévisible

En réalité, ce retard était assez prévisible, car ce n’est pas la première fois que ce type d’événement se produit à Alger. L’introduction de la société NCA-Rouiba avait été reportée à plusieurs reprises avant de se réaliser en juin 2013.

« Pour introduire une société en Bourse à Alger, la première démarche est de déposer une notice d’informations au niveau de la Cosob pour qu’elle y appose son visa. Or, ce document doit comporter une période de souscription indicative, qui n’est jamais respectée en pratique », explique une source au fait des procédures boursières en Algérie.

Le groupe Biopharm revendique 13 % du volume des médicaments écoulés en Algérie. En 2014, il a réalisé un chiffre d’affaires d’environ 400 millions d’euros et un bénéfice net de près de 32 millions d’euros, selon les derniers chiffres consultables sur son site internet.

La Bourse d’Alger – qui ne compte que quatre sociétés cotées – pourrait enfin entamer sa sortie d’une très longue léthargie, une deuxième introduction étant programmée pour le second trimestre de cette année.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte