Sport

Gabon – Foot : au retour du CHAN, des suspensions qui font polémique

Le onze de départ du Gabon face à la Côte d'Ivoire au CHAN2016.

Le onze de départ du Gabon face à la Côte d'Ivoire au CHAN2016. © DR / Facebook

Plusieurs internationaux gabonais ont été exclus à vie ou suspendus de la sélection nationale au retour du CHAN au Rwanda. Mais l’ANFPG, le syndicat des joueurs, dénonce des méthodes expéditives et une violation des statuts de la Fédération.

La Fédération gabonaise de football (Fegafoot) a eu la main lourde au retour des Panthères, la queue basse après un CHAN décevant au Rwanda – 0-0 face au Maroc et deux défaites face à la Côte d’Ivoire (1-4) et au Rwanda (1-2). À peineavait-il posé le pied à Libreville que Stéphane Bounguendza, le sélectionneur des locaux, était limogé ainsi que son staff technique. Mais les joueurs n’ont pas été épargnés par la colère de la fédération.

« Comportement indigne et déshonorant »

Trois d’entre eux, Edmond Mouélé (Mangasport), Abdou Atchabao (CF Mounana) et Stévy Nzambe (AS pélican) ne pourront plus jamais porter le maillot de la sélection nationale. Allen Nono (AS Pélican) et Wils Aworet (FC Akanda) ont écopé de deux ans de suspension dont un avec sursis et Mario Bernard Mandrault (AS Pélican) d’un an avec sursis.

La Fegafoot reproche aux joueurs « un comportement indigne et déshonorant, en sus des propos irrévérencieux tenus. » Plus précisément, ils sont accusés d’être sortis au soir du troisième match et d’avoir regagné la résidence où était logée la délégation gabonaise en état d’ivresse manifeste. Rémy Ebanega, président de l’Association nationale des footballeurs professionnels du Gabon (ANFPG), joint par Jeune Afrique, a décidé de réagir.

Sanctions « disproportionnées »

« Les joueurs ont appris ces sanctions par la presse. Certains assurent ne pas être sortis ce fameux soir. Qu’il y ait des sanctions, qu’on puisse débattre de leur sévérité, c’est une chose. Mais il y a une procédure à respecter, et cela n’a pas été le cas. D’abord, le président de la Fegafoot, Pierre-Alain Mounguengui, et son comité exécutif, ne sont pas habilités à prendre ce type de décision. C’est la commission de discipline de la fédération qui peut le faire, et seulement après avoir convoqué et entendu les joueurs, ce qui n’a pas été le cas. »

L’ANFPG, qui a écrit à la fédération, s’interroge sur l’existence de cette commission de discipline. Le syndicat, qui organise vendredi au Centre culturel français de Libreville (10 heures, heure locale) une conférence de presse où les joueurs sanctionnés seront présents, n’a pas exclu de saisir la Fifa au cas où la fédération maintienne ces sanctions que l’ANFPG juge « disproportionnées. »

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte