Energie

Le chiffre d’affaires de Total chute de 30 % en 2015

Vue du siège de Total à la Défense, en région parisienne. © Jacques Brinon/AP/SIPA

Le géant français des hydrocarbures a enregistré un chiffre d’affaires de 165,4 milliards de dollars en 2015, soit une baisse de -30 % sur un an, et ce malgré une hausse de +9,4 % de sa production. La faute au recul du prix du pétrole.

Pour Patrick Pouyanné, le verre est à moitié plein. Malgré une année 2015 difficile, durant laquelle les ventes du géant français des hydrocarbures ont chuté de -30 % à 165,4 milliards de dollars (résultats non audités), le PDG de Total se veut confiant.

« Total réalise un résultat net ajusté de 10,5 milliards de dollars, en retrait de -18 % par rapport à 2014, [c’est] la meilleure performance parmi les majors », explique dans un communiqué publié ce jeudi le dirigeant français, qui attribue cette « résistance » à « l’efficacité du modèle intégré du groupe et de la pleine mobilisation de ses équipes ».

De fait, malgré le recul des ventes, Total voit son résultat net part du groupe croître de + 20 % à 5,1 milliards de dollars, échappant à des dépréciations massives qui l’avaient rongé en 2014.

Ce bénéfice net tient aux bons résultats opérationnels nets ajustés des activités raffinage et chimie (4,88 milliards de dollars en 2015 contre 2,48 milliards en 2014) et marketing & services (1,69 milliard de dollars en 2015 contre 1,25 milliard en 2014).

Dans l’activité amont (exploration et production) le groupe enregistre un résultat opérationnel net ajusté de 4,77 milliards de dollars en 2015, en net recul par rapport aux 10,54 milliards de dollars enregistrés en 2014.

La charge d’impôts de Total a également enregistré un net recul : 1,65 milliard de dollars en 2015 contre 8,61 milliards en 2014

Hausse

Au rang des bonnes nouvelles, Patrick Pouyanné met l’accent sur la progression de la production en amont qui a connu « une hausse historique de +9,4 %, avec le démarrage de neuf projets », parmi lesquels Moho Phase 1b au Congo et Lianzi dans la zone commune entre le Congo et l’Angola.

En 2015, la production d’hydrocarbures de Total a atteint 2,347 millions de barils équivalents pétrole par jour (bep/j). Elle a augmenté de + 3 % en Afrique, première zone de production du groupe, à 678 000 bep/j et de + 26 % au Moyen-Orient à 492 000 bep/j.

Toutefois, dans le même temps, le prix moyen des hydrocarbures vendus par le groupe français a chuté de -41 % à 39,2 dollars le baril équivalent pétrole.

Dans le secteur aval (raffinage, chimie, marketing et services), les ventes de produits pétroliers ont crû de +6 % en 2015, à 4 millions de barils équivalent pétrole par jour, la hausse la plus forte a été enregistrée en Afrique (+12 % à 619 000 bep/j), tandis qu’en Europe, 1er marché aval de total, la progression est de +7 % à 2,184 millions de bep/j.

Réduction de coûts

En 2016, Total va réduire ses « investissements organiques » à environ 19 milliards de dollars, soit -15 % par rapport à 2015. Selon le groupe français, « le programme de réduction des coûts opératoires engagé en 2014 permettra d’économiser 2,4 milliards de dollars en 2016, confirmant ainsi l’objectif d’économies de plus de 3 milliards de dollars à horizon 2017 ».

Les cessions d’actifs se poursuivront avec 4 milliards prévus en 2016 comme en 2015.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte