Elections

RDC : #wumela ou #yebela, le Chan relance la bataille des pro et des anti-Kabila

Une manifestation d'opposants au président Joseph Kabila à Kinshasa, le 25 septembre 2015. (photo d'illustration)

Une manifestation d'opposants au président Joseph Kabila à Kinshasa, le 25 septembre 2015. (photo d'illustration) © John Bompengo/AP/SIPA

Le parcours victorieux des Léopards de la RDC lors du CHAN 2016 a relancé de plus belle le débat sur le prolongement, ou non, du mandat du président congolais, Joseph Kabila. Dans les rues de Kinshasa comme sur les réseaux sociaux, deux slogans s'affrontent : "wumela" vs "yebela".

Réseaux sociaux, terrains ô combien glissants ! Surtout pour les responsables politiques. Henri Mova Sakanyi, secrétaire général du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD), principale formation politique de la majorité au pouvoir en RD Congo, en a fait l’expérience, dimanche 7 janvier au soir, quelques minutes après le sacre des Léopards au Championnat d’Afrique des nations (CHAN), organisé au Rwanda.

« Les Léopards donnent un troisième mandat à Kabila », pouvait-on lire sur les comptes Facebook et Twitter de l’ancien ambassadeur congolais en Belgique. Le message a été rapidement supprimé, mais les captures d’écran du tweet circulent encore…

« Dans l’europhie générale qui a suivi la victoire des Léopards, mes comptes facebook et twitter ont été piratés entre 19 h et 21 h. Certains messages postés par des inconnus ont ainsi été attribués au secrétaire général que je suis. Nous nous excusons de cette intrusion qui a jeté la confusion dans l’opinion », s’est expliqué Henri Mova Sakanyi.

Kabila wumela ?

Sur fond de bataille digitale entre les partisans du prolongement du deuxième et dernier mandat de Joseph Kabila et les adeptes du strict respect de la Constitution – en son état actuel, la Loi fondamentale interdit au président sortant de se représenter pour un troisième mandat consécutif -, les excuses du secrétaire général du PPRD sont loin d’être acceptées par tout le monde dans la twittosphère congolaise, où chacun y va de son petit commentaire.

Pour Michael Tshibangu, président de l’Association pour le développement et la démocratie au Congo (ADDC), c’est par « inadvertance » que le chef du parti au pouvoir a envoyé son message, une maladresse qui révèle cependant le « plan » du PPRD, lequel pourrait se résumer, selon les twittos, par le hashtag #wumela, traduisez : « restez longtemps » (en lingala). Un plaidoyer pour le maintien de Joseph Kabila à la tête du pays au-delà de son mandat constitutionnel.

Si Henri Mova a supprimé son tweet, attribué au piratage de son compte, d’autres défenseurs de « wumela » ne s’en cachent pas et attribuent même le parcours victorieux des Léopards tout au long du CHAN à… Joseph Kabila. Raison de plus, selon eux, pour laisser encore longtemps le président sortant au pouvoir. Florilège de tweets.

Kabila yebela ?

Du côté de ceux qui ne jurent que par l’alternance d’ici fin 2016, des figures clés de l’opposition ont fait le déplacement à Kigali pour suivre la finale entre les Léopards de la RD Congo et les Aigles du Mali. Parmi eux, Vital Kamerhe et Moïse Katumbi qui est également président du TP Mazembe, vainqueur de la Ligue des champions des clubs de la Confédération africaine de football (CAF).

Pour les anti-Kabila, l’occasion était aussi belle pour lancer subtilement quelques piques au président sortant. En forme d’avertissements surtout.

À chaque victoire des Léopards lors du CHAN, des Kinois descendaient en effet dans les rues de la capitale, scandant des chansons rappelant à Joseph Kabila qu’il est arrivé au terme de son mandat : « Kabila oyebela, mandat esili » (« Kabila, sache-le, ton mandat est fini », en lingala). La police a tenté de les dissuader en interdisant toute célébration dans l’espace public. En vain.

Au retour des Léopards dans leur tanière, lundi 8 février, rebelote. Des chansons anti-Kabila ont continué à se faire entendre dans les rues de Kinshasa, comme l’a constaté Sonia Rolley, correspondante de RFI sur place.

Et sur les réseaux sociaux, le hashtag #yebela, entendez « sache-le », a rapidement émergé pour regrouper sur Twitter tous les messages d’avertissement contre toute tentative de prolongation du mandat de Joseph Kabila. Petit florilège :

La bataille entre les partisans de Kabila « wumela » et ceux de Kabila « yebela » devrait se poursuivre bien après le sacre des Léopards au CHAN.

 

 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte