Politique

Tunisie : Habib Essid attendu au Maroc du 9 au 11 février

La semaine prochaine, le chef du gouvernement tunisien devrait effectuer une visite officielle au Maroc dont l’enjeu est de rééquilibrer les relations diplomatiques de la Tunisie, traditionnellement tournées vers l’Algérie.

Mis à jour le 5 février 2016 à 19:48

Habib Essid, à Carthage, le 8 janvier 2015. © Ons Abid / J.A.

Le chef du gouvernement tunisien, Habib Essid, devrait se rendre au Maroc du 9 au 11 février, nous apprend une source à la Primature tunisienne. « Sauf imprévu ou souci de santé du chef du gouvernement, cette visite sera maintenue », poursuit notre source.

Hospitalisé à l’hôpital militaire de Tunis depuis le 1er février, suite à un malaise, Habib Essid devra reprendre ses activités officielles ce lundi 8 février.

Une visite d’amitié, mais pas que…

Sa visite au Maroc, la première en tant que chef de gouvernement, revêt une importance capitale. Elle devra donner un coup de fouet aux relations entre les deux pays, laissées en friche depuis la visite du roi Mohammed VI en Tunisie, en juin 2014, à l’époque du président Moncef Marzouki et du gouvernement Mehdi Jomaâ, et pendant laquelle pas moins de 23 accords de coopération ont été signés.

Avec l’élection de Béji Caïd Essebsi en 2014, on s’attendait à ce que cette relation gagne en importance, mais les priorités diplomatiques du président tunisien sont allées tout naturellement vers l’Algérie avec laquelle il a des attaches historiques, consolidées par une visite officielle à Alger en février 2015. Dans l’agenda des priorités de Caïd Essebsi, figurait aussi les pays occidentaux et et les partenaires du Golfe pour des raisons évidentes de soutien politique et économique.

Avec le Maroc, les liens d’amitié ont toujours été solides. Mais le chantier diplomatique reste à construire. Depuis plusieurs mois, l’ambassade de Tunisie à Rabat est gérée par un chargé d’affaires en attendant l’arrivée de Mohamed Nejm Gharsalli, l’ex-ministre de l’Intérieur tunisien, qui vient d’être nommé ambassadeur, mais qui n’a pas encore pris ses fonctions dans le royaume chérifien.

Rendre la politesse

En juin 2015, le chef de gouvernement marocain Abdelilah Benkirane s’est rendu à Tunis pour rencontrer Habib Essid. La semaine prochaine, ce dernier lui rendra donc la politesse. Même si le programme de sa visite n’est pas encore connu, il est fort probable que les deux parties abordent les questions classiques comme la situation en Libye, vu que le Maroc parraine le pourparlers inter-lybiens à Skhirat, l’avenir de l’UMA et l’état d’avancement de la coopération économique.