Économie

Lancement d’un fonds d’investissement tuniso-français de 20 millions d’euros

La France et la Tunisie ont annoncé, vendredi, la création d’un fonds d’investissement bilatéral qui vise à doper les petites et moyennes entreprises des deux pays concernés. Quinze entreprises présélectionnées dans les deux pays pourraient bénéficier d’un apport pouvant aller jusqu’à 3 millions d’euros pendant quatre ans.

Mis à jour le 5 février 2016 à 18:45

Tunis, le 10 juillet 2015. © Sophia Barakat pour Jeune Afrique

Ce fonds, que l’on appelle de co-localisation, a vocation à aider à parts égales les entreprises tunisiennes à exporter en France, et inversement », explique Karim Trad, partenaire fondateur de la société financière AfricInvest et co-gestionnaire du fonds avec son homologue parisien de capital-investissement, Siparex. « Cet outil pourra financer à hauteur de trois millions d’euros maximum les entreprises sélectionnées », dit-il encore.

Deux dossiers devraient être étudiés d’ici au mois de mars : côté français, le tour opérateur Voyamar qui a notamment pour projet de transformer des hôtels tunisiens en village de vacances ; côté tunisien, c’est la société sfaxienne Mas, spécialisée en menuiserie et aluminium, qui a été sélectionnée. Le premier projet porte sur un financement de deux millions d’euros, le second s’établit à un peu d’un million d’euros.

Un million de chiffre d’affaires au minimum

Pour bénéficier de cet investissement qui peut aller jusqu’à quatre ans par entreprise, les sociétés doivent justifier d’un chiffre d’affaires d’un million d’euros, ou moins selon certaines conditions. Les initiateurs du projet espèrent que les sociétés lauréates joueront le rôle de locomotives pour les petites et moyennes entreprises des deux pays concernés en remplissant leur carnet de commandes.

Outre l’aspect financier, la quinzaine d’entreprises choisies bénéficieront du réseau de contacts des deux sociétés financières co-gestionnaires et des deux institutions publiques à l’initiative du projet : la Caisse des dépôts et des consignations tunisienne et la Banque publique d’investissement française (BPI).