Afrique du Sud : « Le lac des cygnes » revisité par Dada Masilo pour la première fois à New York

Cinq ans après sa création, la version sud-africaine du célèbre ballet de Tchaikovsky rencontre toujours le même succès. Après l’Europe et l’Afrique du Sud, le spectacle de la chorégraphe âgée d’une trentaine d’années débarque pour la première fois à New York.

Mis à jour le 4 février 2016 à 14:38

La Lac des cygnes de la chorégraphe Dada Masilo © Site du Joyce Theatre, New York

Les danseurs sont tous noirs, pieds nus, la moitié sont des hommes, en tutu. Dans le Swan Lake de Dada Masilo la danse classique et contemporaine fusionne avec la danse zouloue, et Odile, le cygne noir qui séduit Siegfried, et que ses parents poussent à épouser le cygne blanc, est un grand jeune homme.

Dans son Swan Lake, la chorégraphe originaire de Johannesburg s’attaque à la thématique de l’homosexualité, qui en Afrique du Sud est encore de l’ordre du tabou, ou encore aux tensions sociales, entre Noirs et Blancs. Avant ce ballet, Dada Masilo avait revisité Roméo et Juliette (2008), et plus récemment elle s’est attaquée à Carmen.

La chorégraphe est née en 1985 dans le township de Soweto et a commencé la danse en tant qu’autodidacte à l’âge de 12 ans. Elle est ensuite passée par la Danse Factory de Johannesburg où trois représentations de son Lac des cygnes ont été données en septembre 2014. Elle a ensuite intégré la prestigieuse école de Parts à Bruxelles.

 

Après une tournée européenne, c’est le théâtre Joyce de New York qui lui ouvre ses portes du 2 au 7 février, couronnant de succès cette audacieuse version du chef d’oeuvre de Tchaikovsky