Économie

Engrais : le marocain OCP inaugure une usine dédiée aux marchés africains

Le roi Mohammed VI a inauguré le 1er février l' »Africa Fertilizer Complex », une usine d’engrais située sur le complexe de Jorf Lasfar, sur la côte Atlantique du royaume. D’un coût estimé à 488 millions d’euros, sa production annuelle de 1 millions de tonnes est destinée aux pays d’Afrique subsaharienne.

Par
Mis à jour le 2 février 2016 à 09:35

L’OCP détient les plus grandes réserves de phosphates au monde. © Alexandre Dupeyron pour JA.

Les ambitions subsahariennes du géant public marocain des phosphates se concrétisent. Le 1er février, le roi Mohammed VI a inauguré une usine d’engrais de l’OCP dédiée aux marchés du sud du Sahara.

Situé sur le complexe industriel et portuaire de Jorf Lasfar, à 110 km de Casablanca, Africa Fertilizer Complex peut produire chaque année 1 million de tonnes d’engrais, 1,4 million de tonnes d’acide sulfurique et 450 000 tonnes d’acide phosphorique.

Son coût est estimé à 5,3 milliards de dirhams (488 millions d’euros).

Expansion

Cette usine est la première étape d’un ambitieux plan d’expansion sur les marchés africains, amorcé il y a environ deux ans par l’OCP.

Longtemps tourné vers les marchés américains et asiatiques, le groupe marocain, qui détient 75 % des réserves mondiales de phosphates, a annoncé dès 2014 de grands projets pour se renforcer au sud du Sahara.

Parmi eux figure, outre l’usine de Jorf Lasfar, la construction, en partenariat avec la Société équatoriale des mines du Gabon, de deux usines qui produiront de l’ammoniaque à partir du gaz naturel et des engrais phosphatés.

Producteur

L’OCP s’est fixé pour ambition de produire 12 millions de tonnes d’engrais en 2017. En 2014, il en a exporté 4,8 millions de tonnes, dont 14 % vers les pays africains (7 % en 2013). Aussi, outre la nouvelle usine de Jorf Lasfar, le groupe industriel construit trois autres usines sur le même site, d’une capacité individuelle de 1 million de tonnes d’engrais.

Entre janvier et septembre 2015, le groupe – détenu à 95% par l’État marocain – a réalisé un chiffre d’affaires de 37,137 milliards de dirhams (environ 3,8 milliards de dollars), soit une progression de +20,12 % en an. Une performance due en partie à un taux de change du dollar favorable et à une augmentation de la production, a indiqué l’OCP, sans plus de précision.

Sur cette période, l’OCP a dégagé un Ebitda de 13,923 milliards de dirhams, en hausse de +62,7 % en un an.