Droits de l’homme

Sénégal : la détention de Karim Wade est (toujours) « arbitraire », selon l’ONU

Manifestation de soutien à Karim Wade, Dakar, Sénégal, le 23 avril 2013

Manifestation de soutien à Karim Wade, Dakar, Sénégal, le 23 avril 2013 © Rebecca Blackwell/AP/SIPA

Les experts des Nations unies n’ont pas changé de position concernant la détention du fils de l’ancien président sénégalais et appellent le gouvernement au respect du droit international des droits de l’homme.

Dans une déclaration publique, le Groupe de travail des Nations unies sur la détention de Karim Wade a réitéré,  son avis formulé en avril 2015 dans lequel il l’a considérait déjà comme étant « arbitraire ».

« Le Groupe de travail se tient à son avis selon lequel la détention de Karim Wade est arbitraire » a déclaré son président, Seong-Phil Hong, avant d’ajouter : « Nous ne disposons d’aucune nouvelle information susceptible de nous amener à modifier cette décision ».

Incarcéré depuis novembre 2013

Karim Wade est incarcéré à Dakar depuis le mois d’avril 2013 pour enrichissement illicite. Au mois d’août dernier, la Cour suprême du Sénégal avait rejeté l’ensemble des pourvois en cassation du fils de l’ancien président sénégalais, clôturant ainsi définitivement le volet judiciaire sénégalais de cette affaire.

Par conséquent, les experts onusiens appellent le gouvernement sénégalais à « prendre les mesures nécessaires pour remédier à la situation et la rendre conforme aux normes internationales des droits de l’homme », rejetant au passage tout « conflit d’intérêt supposé » au sein du Groupe de travail.

 

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte