Automobile

PSA Peugeot Citroën lance un laboratoire africain dédié à la voiture du futur

Concept-car Quartz de Peugeot présenté au salon de l'automobile de Francfort.

Concept-car Quartz de Peugeot présenté au salon de l'automobile de Francfort. © Kai Pfaffenbach/Reuters

L' »Open Lab » installé à Rabat sera le pôle de R&D de l’usine marocaine du constructeur automobile qui doit commencer à produire à Kénitra en 2019.

« La voiture du futur » sera-t-elle africaine ? Un laboratoire de recherche et développement (R&D) ouvert par le constructeur automobile français PSA Peugeot Citroën va voir le jour dans la capitale marocaine, en partenariat avec l’Université internationale de Rabat (UIR).

La convention a été signée en début de semaine sur le campus de l’UIR. Le projet, à l’initiative de cette dernière, va associer aussi d’autres partenaires : cinq universités marocaines, les américains Georgia Institute of Technology et University of Mississippi, déjà partenaires de l’UIR, et l’Institut Lafayette de Metz en France.

Baptisé Sustainable Mobility for Africa, cet « open Lab » se spécialisera sur trois axes de recherches, comme le détaille Abdelaziz Benjouad, vice-président de l’UIR en charge de la recherche et développement : « La mobilité électrique, les énergies renouvelables et aussi un rôle de supply chain management (gestion la chaîne logistique, Ndlr) pour l’usine de PSA Peugeot Citroën qui sera basée à Kénitra. »

Le responsable universitaire marocain se réjouit : « Ce projet est en accord avec notre politique de développement de la recherche appliquée. Pour pérenniser l’activité industrielle et les investissements au Maroc, il faut que la R&D s’impose ici, sinon les industriels iront chercher l’expertise ailleurs. »

Afrique : « Troisième pilier du développement de notre groupe »

En ligne de mire du groupe automobile, le prometteur marché africain, « le troisième pilier du développement de notre groupe », comme le souligne Sylvain Allano, le directeur scientifique et technologies futures de PSA Peugeot Citroën.

« L’Open Lab permet de développer la recherche avancée. L’idée étant d’imaginer des véhicules pour le marché africain, cela ne signifie pas des véhicules low cost mais des véhicules qui correspondent aux attentes de ce marché spécifique. »

En pointe dans le domaine des énergies renouvelables, le Maroc accueille la COP22 en fin d’année à Marrakech. « Nous allons travailler avec nos partenaires sur des voies originales de conversion de l’énergie solaire en une énergie qui pourra être embarquée dans des véhicules, en nous imposant de ne pas utiliser de matériaux rares ou difficiles à recycler », précise Sylvain Allano.

Du côté du financement, l’UIR prévoit d’investir 40 millions de dirhams (3,7 millions d’euros) dans une plateforme technologique, dont une partie sera affectée à l’Open Lab. Du côté du groupe on indique à ce stade travailler avec les partenaires « à la construction d’un programme scientifique détaillé sur quatre ans et au montage financier permettant la réalisation de ce programme », sans plus de précision.

L’usine PSA Peugeot Citroën de Kénitra, qui devrait ouvrir en 2019, représente un investissement industriel de 557 millions d’euros. Au démarrage, l’usine aura une capacité de 90 000 véhicules par an avec possibilité d’atteindre à terme une production de 200 000 unités par an.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte