BTP & Infrastructures

Infrastructures ferroviaires : la BAD apporte 112 millions de dollars au Maroc

L'ONCF a transporté 39,5 millions de passagers en 2014. © ONCF/Instagram

Ces ressources vont servir à doubler la voie ferrée sur l'axe Settat-Marrakech.

Le Conseil d’administration de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé le 27 janvier un prêt de 112,3 millions de dollars en faveur de l’Office national des chemins de fer (ONCF) du Maroc.

Ces ressources serviront à doubler la voie ferrée sur le tronçon de 142 km reliant la ville de Settat à celle de Marrakech. Ces travaux sont prévus pour s’achever en 2020. Leur coût est estimé à environ 400 millions de dollars, assumé à hauteur de 290 millions de dollars par l’ONCF.

Ambitions

Cette deuxième voie devrait permettre de « générer des gains de temps et permettre l’accroissement du trafic de voyageurs et de fret entre Casablanca, capitale économique du royaume, et Marrakech, principal pôle touristique », indique la BAD dans son communiqué.

Grâce aux investissements actuellement en cours, l’ONCF estime qu’en 2020, le temps de trajet entre Casa et Marrakech sera réduit de près de 40 minutes à environ 3 heures. Le nombre de trains de passagers augmentera de 50 % à 36 trains par jour, pour 7,4 millions de passagers transportés par an contre 4,5 millions en 2014-2015.

Le nombre de trains de marchandises passera de 5 à 12 par jour, pour une capacité de 504 000 tonnes de marchandises à l’horizon 2020 contre 207 000 aujourd’hui.

En 2014, l’ONCF a transporté 39,5 millions de passagers et 34,6 millions de tonnes de marchandises à travers le royaume chérifien.

Engagements

En 2010, la BAD avait déjà prêté 396 millions de dollars à l’ONCF pour la construction d’une troisième voie de 148 kilomètres sur l’axe Casablanca-Rabat-Kénitra.

Fin septembre 2015, les engagements cumulés de la BAD au Maroc s’élevaient à près de 2,31 milliards de dollars pour 31 opérations en cours d’exécution.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte