Elections

Présidentielle au Niger : les principaux candidats de l’opposition signent un accord pour le second tour

Les quatre dirigeants de la Copa 2016, Seini Oumarou, Mahamane Ousmane, Hama Amadou et Amadou Boubacar Cissé.

Les quatre dirigeants de la Copa 2016, Seini Oumarou, Mahamane Ousmane, Hama Amadou et Amadou Boubacar Cissé. © AP/SIPA/AFP

Selon nos informations, les principaux candidats de l’opposition, réunis au sein d’une Coalition pour l’alternance 2016 ont signé mercredi un accord de ralliement en cas de second tour lors de l’élection présidentielle.

Afin de contrer la volonté de Mahamadou Issoufou d’accéder à un second mandat, les principaux candidats de l’opposition, réunis au sein d’une Coalition pour l’alternance 2016 (Copa 2016), ont officialisé mercredi 27 janvier, via la signature d’un accord, leur alliance en cas de second tour.

Concrètement, le mieux placé d’entre eux au soir du premier tour enregistrera le ralliement des autres candidats. Parmi les signataires, les principaux opposants à Mahamadou Issoufou : Seini Oumarou, du Mouvement national pour la société de développement (MNSD NASSARA), Mahamane Ousmane, du Mouvement des Nigériens pour le renouveau démocratique (MNRD), Amadou Boubacar Cissé, de l’Union pour la démocratie et la République (UDR-Tabbat) et Hama Amadou du Mouvement démocratique nigérien (Moden Lumana).

« À l’issue du premier tour de l’élection présidentielle, les partis politiques membres de la Copa 2016 s’engagent individuellement à rendre publique une déclaration solennelle de soutien à tout candidat d’un parti politique membre de l’alliance, qualifié pour le second tour », écrit le MNSD, dans un communiqué. « Ils doivent travailler de commun accord pour assurer la victoire dudit candidat à travers la conduite d’une campagne électorale commune et véritablement solidaire », conclut le parti de Seini Oumarou.

Hama Amadou au centre de l’accord

Oumarou, Cissé et Ousmane avaient rendu visite lundi 25 janvier à Hama Amadou, incarcéré à Filingué à 180 kilomètres de Niamey, afin de finaliser l’accord dont la signature avait initialement été prévue dimanche 24 janvier. « Nous voulions une réunion entre les principaux leaders de l’opposition et comme Hama est incarcéré, il a bien fallu aller jusqu’à Filingué », détaille Amadou Boubacar Cissé, qui explique que les visiteurs ont obtenu une autorisation de groupe exceptionnelle de la part de l’administration pénitentiaire.

Une réunion de deux heures à Filingué

Pendant deux heures, de 11h30 à 13h30, les adversaires d’Issoufou se sont entretenus au sujet de la stratégie à mettre en place avant et après les élections. « Cet accord est davantage qu’une coalition pour le second tour de l’élection, c’est aussi une coalition de gouvernement », explique encore le candidat de l’UDR, sans donner davantage de précisions sur d’éventuelles décisions prises en cas de victoire au second tour.

Les signataires espèrent désormais rassembler autour de ce texte la plupart des candidats de l’opposition. Les négociations continuent d’ailleurs afin de rallier certains d’entre eux, d’ici le premier tour de la présidentielle, qui se tiendra le 21 février.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte