Politique

Algérie : le ministre des Anciens combattants en visite en France, une première depuis 1962

Soldats algériens lors du défilé du 14 juillet 2014 sur les Champs-Elysées, à Paris

Soldats algériens lors du défilé du 14 juillet 2014 sur les Champs-Elysées, à Paris © Francois Mori/AP/SIPA

Tayeb Zitouni, le ministre algérien des Moudjahidine (anciens combattants) effectue une visite officielle en France, ce 27 janvier, en hommage aux combattants algériens morts sous le drapeau français pendant la Grande Guerre, une première depuis l'indépendance de l'Algérie en 1962.

Accompagné de son homologue français, Jean-Marc Todeshini, Tayeb Zitouni, ministre algérien des moujahidine s’est rendu ce mercredi matin, à l’Ossuaire de Douaumont, dans la Meuse, dans l’est de la France où gisent les ossements de 130 000 hommes non identifiés tombés à Verdun. En 2000, le président algérien Abelaziz Bouteflika s’était déjà rendu sur les lieux, en hommage aux 26 000 algériens qui ont perdu la vie pendant la Première Guerre mondiale.

Hommage aux soldats venus d’Algérie

« Beaucoup de soldats venus d’Algérie sont morts lors de la Première Guerre mondiale et de la Seconde Guerre mondiale pour notre liberté, la liberté de la France, la liberté de l’Europe aujourd’hui », a déclaré Jean-Marc Todeschini après avoir rallumé la flamme du souvenir, aux côtés de Tayeb Zitouni qui ne s’est pas exprimé. Sous une pluie fine, ils ont tous deux salué les troupes du premier régiment de chasseurs de Thionville avant de se rendre dans le carré musulman de l’ossuaire, où reposent 222 Algériens.

Une première

C’est la première fois qu’un ministre algérien des moujahidine se rend en France, depuis l’indépendance de l’Algérie en 1962. Cette visite officielle intervient après le déplacement diversement apprécié, en Algérie, de Jean-Marc Todeschini à Sétif (nord est), en avril 2015. Il s’agissait alors de la première visite d’un responsable gouvernemental français sur les lieux du massacre du 8 mai 1945 qui fit des milliers de morts.

« Apaiser les mémoires »

L’objectif, dans les deux cas, est « de participer à l’apaisement des mémoires. Des mémoires douloureuses pour nous mais aussi pour l’Algérie », a précisé le secrétaire d’Etat français. En 2014, la participation de l’Algérie aux cérémonies lançant le centenaire de la Première Guerre mondiale avait été vivement critiquée par la puissante organisation des Moudjahidine, qui s’était opposée publiquement à la présence de militaires algériens au défilé à Paris. À l’époque, Tayeb Zitouni avait refusé de s’exprimer.

Le secrétaire d’État français aux anciens combattants a également annoncé la visite d’une commission de travail française à Alger les 3 et 11 février prochain afin d’évoquer « des dossiers qui relèvent des événements de la guerre d’Algérie ».

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte