Politique

Mali : des jihadistes liés à Aqmi affirment avoir enlevé la Suissesse Béatrice Stockly

L’agence mauritanienne privée Al-Akhbar a rapporté mardi soir avoir reçu une vidéo de « l’Émirat du Sahara », un groupe lié à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), affirmant avoir enlevé la Suissesse Béatrice Stockly à Tombouctou (nord du Mali), début janvier.

Par
Mis à jour le 27 janvier 2016 à 09:50

La ressortissante suisse, Béatrice Stockly, le 24 avril 2012 à Ouagadougou, au Burkina Faso. © Ahmed Ouoba/AFP

La vidéo, que l’agence mauritanienne privée Al-Akhbar n’a pas diffusée, émane de « l’Émirat du Sahara », un groupe lié à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). « Nous annonçons notre responsabilité dans l’enlèvement de cette mécréante évangélisatrice qui, par son travail, a réussi à faire sortir de l’islam nombres de fils de musulmans », selon les propos en arabe attribués par Al-Alakhbar à un porte-parole du groupe.

Béatrice Stockly a été enlevée chez elle dans la nuit du jeudi 7 au vendredi 8 janvier par des hommes armés. La Suissesse vivait depuis plusieurs années à Tombouctou, où elle était retournée s’installer après avoir déjà été victime d’un rapt par des jihadistes en avril 2012.

Elle avait été relâchée par le groupe islamiste Ansar Eddine du Touareg malien Iyad Ag Ghaly, contrôlant alors la cité historique, qu’elle avait refusé de quitter.

Mystérieuse libération

Sa libération était intervenue contre le paiement d’une rançon, avaient affirmé à l’AFP plusieurs sources de sécurité. Mais un médiateur burkinabè et un responsable d’Ansar Eddine avaient démenti l’information.

Selon un porte-parole du groupe jihadiste à Tombouctou à l’époque, « la seule condition que nous avons posée est qu’elle ne revienne plus chez nous ». « Elle profite de la pauvreté et de l’ignorance de nos enfants », avait-il accusé.