Justice

Rwanda : la police abat un imam soupçonné de recruter pour l’État islamique

Une vue de Kigali.

Une vue de Kigali. © Ben Curtis / AP / SIPA

Un imam rwandais, soupçonné d’être impliqué dans le recrutement de jeunes pour aller combattre en Syrie dans les rangs du groupe jihadiste État islamique (EI) a été abattu samedi par la police rwandaise, a-t-elle indiqué, dans un communiqué.

Muhammad Mugemangango a été abattu le 23 janvier par la police rwandaise alors qu’il accompagnait cette dernière pour la perquisition de son domicile quand, selon la version de la police, il aurait tenté de s’échapper. « Il a sauté du véhicule, essuyant immédiatement des tirs », explique cette dernière.

Le Rwandais officiait à la mosquée du quartier de Kimiromko, à Kigali, en tant qu’imam adjoint. Il était accusé « d’orienter les jeunes vers le djihad et de les recruter pour qu’ils rejoignent l’État islamique en Syrie » précise le texte.

Un problème nouveau

« C’est la première affaire » de recrutement présumé de jihadistes pour la Syrie au Rwanda, a reconnu ce lundi le porte-parole de la police, Celestin Twahirwa.

La police rwandaise assure avoir « détecté la formation de réseaux terroristes » au Rwanda grâce à des renseignements fournis par la population, indiquant que l’enquête se poursuivait. Toutefois, les services n’ont pas encore eu connaissance « de cas confirmés de Rwandais s’étant rendus » en Syrie a rapporté le porte-parole.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte