Politique

Sénégal : Oumar Sarr sera fixé sur son sort dans les prochains jours

Le numéro deux du PDS, principal parti d’opposition sénégalais, a comparu mardi devant le juge d’instruction. À l’issue de trois heures d’interrogatoires, ses avocats ont demandé sa mise en liberté provisoire et requis devant la chambre d’accusation l’annulation de procédure.

Mis à jour le 20 janvier 2016 à 19:07

Oumar Sarr, n°2 du PDS, a été incarcéré du 21 décembre 2015 au 26 janvier 2016 à la prison de Rebeuss à Dakar. © DR

Cela fait déjà près d’un mois qu’Oumar Sarr est incarcéré à la prison de Rebeuss, à Dakar. Placé sous mandat de dépôt pour « faux, usage de faux et diffusion de fausse nouvelle » le 21 décembre dernier, après la publication d’un communiqué au vitriol contre Macky Sall suite aux révélations du journal Le Monde dans l’affaire Lamine Diack, le numéro deux du Parti démocratique sénégalais a été présenté à un juge, mardi 19 janvier.

Ses avocats ont déposé une requête en annulation de la procédure devant la chambre d’accusation, ainsi qu’une demande de remise en liberté provisoire de leur client. Pour cette dernière, le juge devrait rendre sa décision dans les prochains jours, après consultation du parquet.

« Mesure de répression contre l’opposition »

Pour la défense du prévenu, la procédure judiciaire a été biaisée. « Jusqu’à ce jour, le député et maire de Dagana (Nord) bénéficie toujours de son immunité parlementaire », assure à Jeune Afrique Babacar Gaye, porte-parole du PDS, joint par téléphone. « D’autre part, le ‘flagrant délit’ justifiant son arrestation ne peut être invoqué en matière de délit de presse », ajoute-t-il.

« C’est une question éminemment politique », conclut-il en condamnant la détention de Oumar Sarr qu’il considère comme « une mesure de répression contre l’opposition ».