Politique

Attentat de Ouagadougou : trois assaillants sont encore recherchés, selon Manuel Valls

Par
Mis à jour le 20 janvier 2016 à 12:38

Soldats à l’entrée de l’hôtel Splendid, à Ouagadougou, au Burkina Faso, le 16 janvier 2016. © Sunday Alamba/AP/SIPA

Le Premier ministre français, Manuel Valls, a annoncé mardi 19 janvier que trois assaillants présumés de l’attentat à Ouagadougou étaient « encore recherchés ». Selon lui, l’attentat de Ouagadougou aurait été mené par « six » personnes, dont trois ont été tuées, a-t-il indiqué à l’Assemblée.

« Six individus ont ouvert le feu sur le café Cappuccino (…) avant de se réfugier dans l’hôtel Splendid », a ainsi rapporté Manuel Valls.

Vendredi, ces deux établissements de la capitale, le Cappuccino et l’hôtel Splendid, avaient été pris pour cible par des terroristes, tuant 30 personnes. Dans la foulée, Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) avait revendiqué l’assaut terroriste.

Trois terroristes ayant été abattus par les forces de sécurité samedi matin, cela signifiait donc, si l’on s’en tient aux propos du chef du gouvernement français, que trois tireurs supplémentaires seraient toujours recherchés.

Seuls trois hommes étaient armés et ont tiré

Mais selon plusieurs sources burkinabé et françaises proches de l’enquête, seuls les trois assaillants tués devant le bar le « Taxi Brousse », en face du Splendid hôtel, ont ouvert le feu. Des complices présumés, identifiés notamment grâce à des vidéos de surveillance, ont en revanche déjà été interpellés à Ouagadougou et d’autres seraient encore recherchés.

Selon les informations de Jeune Afrique, les enquêteurs burkinabè continuent de suivre la piste d’un commando composé de trois assaillants.

Valls exprime sa « solidarité avec le Burkina Faso »

« Je veux exprimer à mon tour ma solidarité avec le Burkina Faso, attaqué, les morts de ce pays et toutes les victimes de ces attentats terroristes », a déclaré le Premier ministre. Lors de cette séance parlementaire, les députés français ont observé une minute de silence.

Le Premier ministre a également rendu hommage aux autorités du Burkina pour leur réactivité et leur sang-froid.

« L’Afrique est la cible des actes terroristes, la cible de ces groupes terroristes. Et notamment des pays comme le Burkina Faso, le Mali ou la Tunisie, qui représentent la démocratie, l’apaisement », a encore ajouté le Premier ministre français.